Transhumance des vaches Aubrac, une tradition en péril

Une tradition qui attire des milliers de spectateurs / © Maxppp
Une tradition qui attire des milliers de spectateurs / © Maxppp

L'association chargée de cette traditionnelle transhumance lance un appel au secours financier en organisant une souscription participative.

Par Michel Pech

Une tradition devenue une fête populaire
Pour la saint Urbain, les troupeaux de bovins montent depuis les vallées environnantes sur le plateau de l'Aubrac et passent tout l'été dans les verts pâturages avant de redescendre en octobre pour la saint Géraud.
Depuis 1993, cette tradition ancestrale de la transhumance est devenue une grande fête populaire vive et colorée qui se déroule le dimanche le plus proche du 25 mai au col de Bonnecombe en Lozère. Le spectacle du passage des troupeaux décorés, est accompagné de nombreuses animations et d'un repas avec au menu l'incontournable aligot.

Une tradition qui coute cher
Les frais engendrés sont importants. Il faut régler les assurances, assurer la sécurité, défrayer les participants, payer une certaine somme aux propriétaires qui acceptent la traversée de leurs terres par les troupeaux... Bref ! ça coute très cher et l'association organisatrice ne peux plus  prendre en charge ces frais.
Les entrées payantes à la fête ne suffisent pas.

Souscription
L'association a besoin de 5000 euros. Elle lance donc une souscription participative. 
Attention ! Date butoir : 6 janvier

Vidéo : le reportage de Floréal Torralba et Dominique Cantrelle
Transhumance des vaches Aubrac
Difficultés financières - Torralba / Cantrelle

Sur le même sujet

Les + Lus