Cet article date de plus de 5 ans

Le vote pour le nom de la région rendu difficile par une "forte affluence"

Les serveurs informatiques du site de la Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées ont chauffé ce lundi lors du lancement de la consultation pour le nom de la région. En cause, une forte affluence. La Région appelle les citoyens à reporter leur vote à plus tard.
A 15 heures ce lundi 9 mai, soit 4 heures après le lancement de la consultation sur le nom de la nouvelle région, il était impossible de se connecter sur le site lenomdemaregion.fr, mis en place par la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées spécialement pour cette opération.

En cause, selon le Conseil Régional, une "forte affluence" dans ces premières heures, qui empêchait de s'inscrire, étape préalable obligatoire à la consultation. Environ 6000 personnes s'étaient inscrites depuis la fin de matinée et "les 2/3 avaient procédé au vote" a indiqué la Région. Des chiffres qui ne paraissent pas énormes pour des spécialistes du web mais qui sont "importants par rapport à la consultation habituelle du site de la région", indique le Conseil régional. Le vote consiste à classer par ordre de préférence les 5 noms encore en lice. 

A 15h30, le site affichait une page d'erreur 502, indiquant que les serveurs informatiques ne répondaient plus. 
La Région qui avait lancé le site à 11 heures lundi matin indique désormais sur sa page d'accueil qu'il faut être patient et que le vote est ouvert jusqu'au 10 juin.

Une opération devait être menée lundi après-midi pour renforcer les serveurs du site internet et permettre ainsi au plus grand nombre de s'exprimer sur sa consultation.

L'opération de consultation pour le nom de la région coûte 500 000 euros au Conseil Régional dont environ 10 % (50.000 euros) pour la gestion informatique et le logiciel de gestion des votes, le reste (la majorité de la somme) étant attribué à la communication autour de cette opération. 

Le Conseil régional a mis en place un procédé complexe notamment pour éviter les fraudes. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région occitanie politique fusion des régions réforme territoriale