Lot : 7 facteurs assignés en justice à Cahors pour avoir bloqué le bureau de poste de Gramat

Ils sont en grève depuis 50 jours et preuve que ce conflit n'est pas prêt de se régler, sept facteurs étaient assignés en justice pour avoir bloqué le bureau de poste de Gramat, selon leur employeur. Une centaine de personnes est venue les soutenir devant le palais de justice de Cahors ce jeudi.
Les grévistes de la poste de Gramat (46) soutenus pas une centaine de personnes devant le tribunal de Cahors. 15 juillet 2021.
Les grévistes de la poste de Gramat (46) soutenus pas une centaine de personnes devant le tribunal de Cahors. 15 juillet 2021. © L. Tazelmati / FTV

Le blocage du bureau de poste de Gramat est levé depuis le 9 juillet mais 7 facteurs et factrices du Lot étaient quand même assignés devant le tribunal correctionnel de Cahors ce jeudi par La Poste pour demander la levée de ce blocage et en empêcher un nouveau. Une centaine de personnes étaient venues les soutenir devant le palais de justice.

Une grève de 50 jours

Les facteurs de Gramat sont en grève depuis maintenant 50 jours. Parmi leurs différentes revendications, la fin de la précarisation des emplois à la Poste et un retour aux missions premières des facteurs à l'heure où leur employeur cherche de plus en plus à varier leurs activités.
Pendant une dizaine de jours, un collectif d'usagers est venu les soutenir en bloquant la circulation devant leur bureau de poste. Ce blocage a finalement été levé vendredi, avec la nomination d'un médiateur de la République dans ce conflit qui s'éternise.
Pourtant, la Poste n'a pas voulu retirer son assignation au tribunal pour 7 d'entre eux, à qui elle reproche justement ce blocage. "On ne comprend pas cet acharnement, dans la mesure où on a levé ce blocage le 9 juillet" déplore aujourd'hui Virginie Long, une factrice poursuivie devant le tribunal correctionnel.

C'est vraiment un acharnement. Et ce qu'on déplore vraiment, c'est qu'on a perdu trois jours depuis vendredi et la nomination du médiateur. Il y a eu le 14 juillet et aujourd'hui cette audience. On a perdu trois jours de médiation, trois jours durant lesquels on aurait pu avancer sur ce conflit et si ça se trouve, on aurait trouvé une issue aujourd'hui et reprendre le travail demain. La Poste est responsable de notre indisponibilité à la table des négociations et pour nous, elle fait durer ce mouvement.

Virginie Long, factrice gréviste, assignée en justice, CGT.

Rassemblement devant le tribunal

Devant le tribunal, une centaine de personnes est venue dire ce jeudi son soutien aux facteurs poursuivis. Parmi elles, notamment, Marie Piqué la vice-présidente de la région Occitanie, en charge des solidarités, des services publics, de la vie associative et du logement. Le tribunal doit rendre sa décision vendredi à 11h00.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social justice société grève emploi entreprises