Les éleveurs lozériens manifestent à Paris contre le loup

La manifestation anti-loup est partie de Brioude / © Maxppp
La manifestation anti-loup est partie de Brioude / © Maxppp

Les bergers et éleveurs ovins de Lozère et leurs troupeaux marchent dans Paris pour réclamer un nouveau plan loup à l'appel de la FNO et de la FNSEA.
Les troupeaux ont débarqué sur les Champs-Elysées vers 10 h 00.

Par L.C. et AFP

Face à l"ampleur des attaques de loups" ces dernières semaines, des bergers ont décidé d'aller crier leur désarroi à Paris devant le ministère de l'Ecologie pour demander "un nouveau plan loup efficace". Parmi eux des Lozériens.
A l'appel de la Fédération Nationale Ovine (FNO) et de la FNSEA, plusieurs dizaines d'éleveurs de moutons et de brebis convergent depuis mardi vers la capitale, en effectuant plusieurs étapes.

"On est partis mardi de Brioude (Haute-Loire), nous faisons une étape ce jour à Moulins, c'est une transhumance symbolique. Nous rassemblons éleveurs de Haute-Loire, Cantal, Lozère", explique Claude Font, président de la section régionale ovine d'Auvergne.

Tous les troupeaux convergeront à Paris sur le Champ de Mars jeudi, à 10h00, avant d'aller à partir de 14H00 au ministère de l'Ecologie, où ils devraient être entre 200 et 300. C'est le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, qui devrait les recevoir, a indiqué le ministère de Ségolène Royal.
"Se faire dévorer par des loups n'a rien de naturel, on est contre le loup à partir du moment où il s'attaque à notre élevage, les chiffres sont là, on est pratiquement à 8.000 victimes et 29 départements touchés par cette prédation", a ajouté M. Font.

Les brebis débarquent sur les Champs-Elysées
Paris : L'arrivée des brebis sur les Champs-Elysées
Les éleveurs lozériens manifestent contre le loup


300 loups 
A ce jour, la population de loups est plutôt estimée à 300 avec une progression de la population de 15 à 20% par an, qui affole les bergers.
Au dernier recensement connu, remontant à fin août, l'administration comptabilisait cette année 4.800 victimes du loup, principalement des brebis. Environ 1.000 de plus que l'an dernier à la même date.
En 2013, près de 6.800 bêtes avaient été la proie du prédateur, soit plus du double qu'en 2009.
"Il y a un accroissement en terme d'attaques, et les protections comme les filets électriques, chiens patous, ou bergers supplémentaires n'y font rien", selon M. Font.
"Le loup est un prédateur qui travaille en meute, chaque fois qu'il y a un mâle dominant il doit trouver un autre territoire, donc il s'étend chaque année", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, le réseau CAP Loup, ensemble d'associations de protection de la nature, a estimé que les éleveurs "se trompent d'ennemi": "Le loup est une cible très facile à désigner, fédératrice pour des syndicats agricoles dépassés par les difficultés profondes de la filière ovine".

La manifestation devant la tour eiffel des éleveurs de brebis
Reportage France 3

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus