Décentralisation en Lozère : Mende va accueillir des agents des finances de Bercy

La ville de Mende, en Lozère, a été choisie pour accueillir entre 15 et 50 agents des finances publiques de Paris et de grandes villes. Une opération menée dans le cadre d’une décentralisation des services publics, voulue par le gouvernement. 
 

Ville de Mende en Lozère
Ville de Mende en Lozère © GIRAUD Patrick
Mende fait partie des 50 villes qui ont été sélectionnées, parmi 226 candidatures, pour accueillir entre 15 et 50 agents. En Occitanie, quatre autres villes ont été sélectionnées par le ministère après avoir candidaté : Perpignan, Decazeville, Tarbes et Cahors.

Cette opération de refonte de la Direction générale des finances publiques (DGFiP) avait été annoncée dès l'été 2018 par le gouvernement. Et en octobre 2019, le ministère des Comptes publics avait lancé un appel à candidatures en vue de sélectionner les communes intéressées par cette décentralisation. Plus de 200 villes ont déposé leur candidature, et cinquante ont donc été choisies. 

Une candidature audacieuse

Le projet de candidature de la plus grande ville de la Lozère est à l’initiative de Sophie Pantel, présidente du Département. Au printemps 2019, après avoir entendu une déclaration de Gérald Darmanin, alors ministre des comptes publics, qui évoquait le désir de délocalisation des fonctionnaires de Bercy, elle lui a écrit la volonté du Département de recevoir ces agents. L'été dernier, après une rencontre à Paris avec le ministre, l’opération était engagée, la Lozère pouvait candidater. 
La Ville de Mende et le Conseil départemental ont travaillé tout l'été dernier pour constituer un dossier. “ On s’est réuni pour évoquer la problématique du logement, de l’emploi des conjoints, de l'accueil en crèche ou à l’école, on a mis un peu tout le monde autour de la table pour établir un premier dossier” indique Laurent Suau, Maire de Mende. 

Sur un petit territoire comme le nôtre, même s'il n’y en arrivait que deux, ce serait satisfaisant.

Laurent Suau - maire de Mende

Aujourd’hui, pour l'élu, tout est encore flou. Il ne connaît pas le nombre d’agents qui vont venir s’installer sur la commune, ni quand ils arriveront. Le ministère avait évoqué la venue d’un minimum de 15 agents et d’un maximum de 50. Laurent Suau se projette : “ à priori, ce sera certainement un peu supérieur au minimum, je ne sais pas précisément. Mais honnêtement, sur un petit territoire comme le nôtre, même s'il n’y en arrivait que deux, ce serait satisfaisant ”.

La présence du très haut débit dans la capitale lozérienne a certainement été un critère essentiel dans le choix de Bercy. Les futurs agents ne travailleront pas dans des services qui accueillent du public, mais vraisemblablement dans d’autres fonctions, et même pour d’autres territoires.
D’après le maire de Mende, ils seront très sûrement installés dans le bâtiment des finances publiques de la ville.Les locaux des finances publiques de Mende.

Être retenu comme territoire d'accueil de fonctionnaires, c'est un véritable petit bonheur.

Laurent Suau - maire de Mende

“Pour rappel, la révision générale des politiques publiques, la RGPP, nous a supprimé pas mal de fonctionnaires, et surtout beaucoup de cadres, des directeurs et chefs de service avec un fort pouvoir d’achat”, souligne le premier magistrat de la ville. "Qu' on soit aujourd'hui dans une dynamique de retour de fonctionnaires et que Mende ai été retenue comme territoire d’accueil de fonctionnaires, c’est un petit bonheur".

Pour l'office de commerce de Mende, on affiche une certaine satisfaction : “je ne sais pas combien ils seront, mais l’arrivée de nouvelles populations ne peut être que positif. Ils consommeront au moins de l’alimentaire sur place et découvrirons nos belles boutiques du centre-ville.” 

Une réunion devrait se dérouler prochainement à Paris pour préciser l’effectif des ces nouveaux agents mendois.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société décentralisation politique réforme territoriale ruralité impôts économie