Lozère : la gendarmerie rappelle les risques d'une conduite sous stupéfiants

Ici, un test salivaire de dépistage de drogue vient d'être réalisé et est positif au cannabis. / 25 avril 2018 / © Guillaume Bonnefont / IP3 PRESS/MAXPPP
Ici, un test salivaire de dépistage de drogue vient d'être réalisé et est positif au cannabis. / 25 avril 2018 / © Guillaume Bonnefont / IP3 PRESS/MAXPPP

A l'approche des fêtes de fin d'année, la gendarmerie de la Lozère tient à rappeler les risques d'une conduite sous alcool et/ou sous stupéfiants, multipliant de fait les risques d’accident de la circulation routière.

Par Olivia Boisson


Le 31 décembre approche, synonyme de fête de fin d'année. Comme chaque année, de nombreux messages relaient la nécessité d'avoir un SAM (Sans Accident Mortel), c'est-à-dire une personne de son entourage qui ne boit pas et qui est donc apte à prendre le volant.

Mais cette année, la gendarmerie de la Lozère informe sur les conséquences de l'usage de "plantes ou de produits classés comme stupéfiants", via un message sur sa page Facebook.
 
 

Des conséquences immédiates

Le message est clair : un contrôle positif aux stupéfiants lors de la conduite automobile entraîne "une rétention immédiate du permis de conduire et, si elle est confirmée par les analyses, une suspension administrative de 6 mois. En parallèle, le contrevenant est poursuivi en justice et risque une peine de deux ans d’emprisonnement, 4500€ d’amende et un retrait de six points sur le permis de conduire. En complément, le véhicule peut être saisi en cas de récidive et ce délit est un motif d’exclusion des droits à protection et indemnisation prévus par les contrats d’assurance."

Les risques encourus sont donc très importants.
 

Une longue persistance dans l'organisme


La gendarmerie ajoute : la persistance dans l’organisme de ces substances interdites est longue. Leur consommation peut être constatée par dépistage plusieurs jours après leur prise

Avant d'ajouter : "Avoir une conduite responsable, c’est penser à sa vie mais aussi à celle des autres."

 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus