Rave party sauvage en Lozère : en colère, les agriculteurs bloquent la RN88 et réclament l’évacuation des fêtards

En Lozère, la route nationale 88, entre Mende et Barjac, est bloquée par plusieurs agriculteurs, en colère après les services de l’Etat. Ils réclament l’évacuation des fêtards installés depuis le dimanche 9 août 2020 illégalement sur le Causse Méjean pour une rave-party.

La route nationale 88 est bloquée par les agriculteurs en colère, suite à la rave-party sauvage organisée sur le Causse Méjean en Lozère.
La route nationale 88 est bloquée par les agriculteurs en colère, suite à la rave-party sauvage organisée sur le Causse Méjean en Lozère. © Alain Pouget.
"Nous, ce que l'on veut, c'est qu'ils dégagent". Contacté par téléphone, Alain Pouget, le président du syndicat d'agriculteurs Coordination rurale d'Occitanie est excédé, et ce, depuis l’installation illégale de milliers de fêtards venus participer à une rave-party sur le Causse Méjean. Les propriétaires et agriculteurs du site réclament leur expulsion.

Les teufeurs se sont installés sur 15 à 20 hectares. Les dégâts sont colossaux.

Alain Pouget président du syndicat d'agriculteurs Coordination rurale d'Occitanie

"Le dimanche matin, je me suis rendu sur le site. J’y ai trouvé un endroit sale, avec des déjections humaines, du papier toilette, du verre brisé et des canettes partout" témoigne Alain Pouget.

Il y aura forcément des pertes financières pour les agriculteurs du secteur.

Action coup de poing

Pour faire entendre leur colère, plusieurs agriculteurs du département participent en ce moment à une opération coup de poing en bloquant la route nationale 88 entre Mende et Barjac.

Une action regrettée par la préfecture de la Lozère. "Il est regrettable que l’action des agriculteurs de la Coordination rurale ait détourné une partie des
forces de l’ordre de la mission prioritaire qui leur est assignée sur le site du teknival
."

La préfète justifie sa décision de ne pas évacuer les fêtards : "La présence d’enfants en bas-âge, les conditions sanitaires précaires en lien avec la consommation d’alcool et de stupéfiants, et la diminution rapide du nombre de participants liée aux contrôles conduits par les forces de l’ordre, justifient pleinement à ce stade la décision des services de l’État de ne pas procéder à l’évacuation forcée du site."
 

Cela rend par là-même sans objet les réclamations des 13 agriculteurs en question, qui ne sont pas concernés par l’occupation du site et ne sont mandatés ni par le propriétaire des lieux ni par la Chambre d’agriculture, qui se désolidarisent totalement de leur action.

 

Depuis le 9 août 2020, des milliers de fêtards sont rassemblés à Hures-la-Parade, en Lozère, à l’occasion d’un rassemblement sauvage. 180 gendarmes sont présents sur place et les investigations se poursuivent afin de déterminer l’identité des organisateurs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
événements polémique société musique ruralité agriculture économie environnement manifestation social routes transports