• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Municipales à Baillargues : moralité, crue, logement et téléski-nautique au programme

Baillargues (Hérault) - la mairie - mars 2014. / © F3 LR
Baillargues (Hérault) - la mairie - mars 2014. / © F3 LR

La campagne électorale est tendue à Baillargues. Depuis l'été 2012, le maire sortant, Jean-luc Meissonnier est sérieusement attaqué sur certaines de ses pratiques. Ses opposants ont mené une enquête sur ses impôts locaux et sur la construction de sa maison. Cette dernière a d'ailleurs été démolie.

Par Fabrice Dubault


Deux listes, une qui penche à droite et l'autre qui penche à gauche, s'opposent à l'équipe municipale de Jean-luc Meissonnier et l'ambiance dans le village est assez glaciale.

Il y a un an et demi, le maire de Baillargues avait fait beaucoup parler de lui. Avec l'aide d'une association locale, son opposant historique, le socialiste José Martinez, avait mené une enquête sur la parcelle où la famille Meissonnier était en train de construire sa villa. Une zone pourtant inconstructible. L'affaire avait fait grand bruit et le maire mis en demeure de faire démolir sa maison. Ce qui fut fait.

Le maire affirme désormais être en règle, y compris sur ses impôts locaux. José Martinez, qui repart à l'assaut de la mairie pour la seconde fois comme tête de liste, a axé une partie de sa campagne sur la moralité.

Autre dada de cette liste : dénoncer l'un des grands projet du maire sortant : l'aménagement du Parc Gérard Bruyère. Ici doit naître un bassin d'écrêtement des crues destiné à protéger le village des inondations. Jean-Luc Meissonnier veut en profiter pour y installer un téléski-nautique afin de développer la pratique du wakeboard.

Coût de l'opération : 10 à 12 millions d'euros, déboursés en grande partie par l'état, la région et l'agglo. Une hérésie écologique et financière pour l'opposition, qui redoute en même temps que certaines zones inondables changent de statut et deviennent du coup, constructibles.

Nouvelle venue sur ce champ de bataille : Aurélie Armand. Cette jeune provençale, elle aussi, souhaite ralentir le rythme sur les nouveaux logements mais surtout permettre à Baillargues de retrouver une harmonie.
Aux dires de cette candidate, soutenue par le MoDem et l'UMP, l'ambiance de la campagne est plutôt délétère. Dans cette petite ville de 6.200 habitants, la bagarre  autour de la mairie promet d'être rude.

Retrouvez les résultats des municipales 2008.

Baillargues (34) : la commune qui veut moraliser la politique municipale
Reportage F3 LR : I.Bris et F.Detranchant

 

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus