• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le centre de rétention de Perpignan saturé, les syndicats réclament des moyens

centre de rétention administratif Perpignan / image illustration - novembre 2017 / © France 3 LR
centre de rétention administratif Perpignan / image illustration - novembre 2017 / © France 3 LR

Les policiers du centre de rétention de Perpignan sonnent l’urgence. La structure est saturée avec 48 personnes retenues ces derniers jours. Le taux d’occupation atteint les 100%, une situation inédite depuis sa mise en service en 2008.

Par Joane Mériot

Depuis un mois, les 23 centres de rétention administratifs ont vu leur population explosé jusqu’à saturation. Le centre de rétention des Pyrénées-Orientales n’y a pas échappé. Son taux d’occupation a bondi de 57% en septembre et de 89% sur les quinze premiers jours d’octobre pour atteindre son seuil de saturation.

Et avec cette surpopulation les accidents se multiplient, tentative de suicide, d’évasion, bagarre, le personnel est à bout.

André Faliu,
Secrétaire départemental adjoint Occitanie

Aujourd’hui, nous sommes épuisés le centre est devenu insécuritaire, on a découvert des armes fabriquées de manière artisanale avec des morceaux de fer etc …

Le reportage de Laura-Laure Galy et Jean-François Puakavase

 

Le centre de rétention de Perpignan saturé
Les policiers du centre de rétention de Perpignan sonnent l’urgence. La structure est saturée avec 48 personnes retenues ces derniers jours. Le taux d’occupation atteint les 100%, une situation inédite depuis sa mise en service en 2008. - France 3 LR - Laura Laure Galy et Jean-François Puakavaze

En cause, l'attentat de début octobre à Marseille 

Selon les syndicats, cette surpopulation est la conséquence directe de l’attentat perpétré début octobre à la Gare Saint-Charles de Marseille, depuis les préfets ont été rappelés à l’ordre :

"Il y a une préconisation à mettre en centre de rétention des individus étrangers mais représentant une menace potentiel pour l’ordre public, donc la population de ces centres de rétentions n’est plus la même qu’il y a deux mois et malgrès cela, les effectifs sont les mêmes et les locaux aussi."

Le préfet des Pyrénées-Orientales a été saisi à ce sujet la semaine dernière, il n'a donné aucune réponse pour le moment.

David Leyraud, représentant du syndicat Alliance Police Nationale était l’invité du JT ce lundi midi.

Interview David Leyraud
David Leyraud, représentant du syndicat Alliance Police Nationale était l’invité du JT ce lundi midi. - France 3 LR

 

Sur le même sujet

Meurtre de Prescillia dans le cimetière d'Estagel : émotion et lourd silence aux obsèques de la jeune femme

Les + Lus