De Perpignan à Nîmes, les citoyens britanniques préfèrent devenir Français que quitter l'Europe

Le Brexit a des conséquences dans notre région. Depuis le referendum en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne, le nombre de naturalisations de citoyens Britanniques explose, elles ont été multipliées par 20 entre mars 2016 et aujourdhui dans l'Hérault par exemple.

cérémonie de naturalisation à Lodève dans l'Hérault en mars 2019
cérémonie de naturalisation à Lodève dans l'Hérault en mars 2019 © F3 LR
Laroque des Albères, dans les Pyrénées-Orientales, son village niché autour du château fort, les Albères qui surplombent et le Canigou qui veille. Un petit paradis qui séduit bien au delà des frontières.

Pour s'en convaincre, il suffit de se rendre au club de tennis : un tiers de ses membres sont Britanniques.

Comme Mary Radford. Cette anglaise est une véritable amoureuse de la région. Elle est même conseillère municipale en charge des relations avec les nombreux citoyens Britanniques de Laroque des Albères.

Pendant 10 ans, nous venions en vacances. A la retraite, nous avons décidé de nous installer ici. 

Depuis janvier, cette citoyenne britannique a obtenue sa naturalisation française. Par choix autant que pour anticiper les éventuelles conséquences d'un Brexit dur.

Pas question pour elle de renoncer à ses fonctions de conseillère municipale. une obligation si le Royaume-Uni quitte l'union européenne.

Une augmentation constatée dans toutes les sous-préfectures de la région

Des Britanniques qui demandent la nationalité Française, la tendance se vérifie dans les toutes les sous-préfectures de la région.

A Lodève, lors de la cérémonie de remise des décrets de naturalisations en mars 2019, sur les 19 personnes conviées, 6 sont originaires du Royaume-Uni.

Jérôme Millet, sous-Préfet de Lodève, a constaté cette hausse depuis le referendum de mars 2016.

Il y a beaucoup plus de ressortissants britanniques qui ont décidé de devenir Français depuis le referendum sur le Brexit

En Languedoc Roussillon, l'évolution du nombre de naturalisations est frappante. Ils étaient seulement 10 à devenir Français en 2015. Trois ans plus tard, ils sont 167.

Et si les motivations peuvent varier, le Brexit est bien dans toutes les têtes. Surtout un Brexit sans accord, dans un parlement britannique plus divisé que jamais.

Je suis très triste que mon pays se déchire. J'espère qu'un deuxième referendum sera organisé.

Après Paris, l'Occitanie est la deuxième région française qui enregistre le plus de demandes de naturalisations de citoyens Britanniques.
 
Reportage de Sébastien Banus et stéphane Taponier :
 





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays catalan brexit international politique