Seins nus à la plage à Sainte-Marie-la-Mer : face à la polémique, la gendarmerie évoque "une maladresse"

À Sainte-Marie-la-Mer, deux gendarmes ont demandé à plusieurs femmes, qui bronzaient les seins nus, de remettre leur haut de maillot de bain le jeudi 20 août. "Une maladresse", selon les termes de la gendarmerie, alors qu'aucun arrêté municipal n'interdit la pratique sur cette plage.
La loi n’interdit pas de faire du topless à la plage - 24 août 2020
La loi n’interdit pas de faire du topless à la plage - 24 août 2020 © MAXPPP / MICHEL CLEMENTZ

Les faits se sont produits ce jeudi après-midi sur la plage de Sainte-Marie-la-Mer, à côté de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. Marie profitait du soleil avec son conjoint, elle voit deux agents de la gendarmerie arriver sur la plage : "Nous apercevons deux gendarmes, un homme et une femme, qui arpentent la plage et s’arrêtent à quelques mètres de nous pour s’adresser à une dame d’une soixantaine d’années. De là où nous nous trouvons, impossible d’entendre ce qu’ils lui disent. Mais nous voyons cette femme s’agiter après leur départ, visiblement troublée, et fouillant frénétiquement dans son sac à la recherche de son haut de maillot de bain."

Interpellée par la situation, Marie continue de suivre du regard ces deux gendarmes. Elle nous explique qu’ils ne s’arrêtent pas là. Ils continuent d’arpenter la plage pour demander aux unes et aux autres de remettre leur haut de maillot de bain :
 

J’étais tellement choquée de ce qui se passait sous mes yeux, c’est mon âme de féministe qui a parlé, je suis allée les voir et je leur ai demandé si pour eux, bronzer les seins nus était une atteinte à la pudeur ? Ils m’ont demandé de circuler et ont quitté la plage, juste après mon intervention

Marie Hebrard, vacancière



La mairie de Sainte-Marie-la-Mer affirme qu’effectivement deux gendarmes, alertés par une famille dont les enfants étaient choqués de voir les seins nus d’une dame sur la plage, s'y sont rendus pour lui demander de se rhabiller.


Que dit la loi ?


Dans la loi, rien n’interdit de profiter du soleil ou de la baignade les seins nus, sur une plage. En effet, le topless sur une plage n'est plus aujourd'hui susceptible de constituer le délit d'exhibition sexuelle de l'article 222-32 du Code pénal, compte tenu de l'évolution des mœurs et de son usage répandu, mais peut néanmoins constituer une contravention.

En effet, certaines plages sont règlementées par voie d'arrêté municipal qui proscrit l'usage du monokini. C'est le cas notamment à Paris-Plages, dont le règlement interdit le port des strings et du monokini, considérés comme tenues indécentes, sous peine d'une amende de 38 euros.

Ce qui n’est pas le cas à Sainte-Marie-la-Mer : aucun arrêté municipal n’interdit de faire du topless sur la plage. Ces femmes étaient donc tout à fait dans leur droit.

Donc si aucun panneau, stipulant un arrêté interdisant de faire du topless, n’est présent sur la plage, vous avez le droit de bronzer seins nus.
 
[Mise à jour du 25/08/20 : Face à la polémique, la gendarmerie des Pyrénées-Orientales a réagi dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, où elle évoque une "action de médiation qui demeure néanmoins une maladresse". Elle confirme l'intervention de deux gendarmes sur la plage à la suite de la sollicitation d'une famille. "Guidés par un souci d'apaisement, les gendarmes ont demandé aux personnes concernées si elles acceptaient de couvrir leur poitrine après leur avoir expliqué le sens et l'origine de leur démarche", expose-t-elle.
Gérard Darmanin, Ministre de l'intérieur a abondé: "C’est sans fondement qu’il a été reproché à deux femmes leur tenue sur la plage. La liberté est un bien précieux. Et il est normal que l’administration reconnaisse ses erreurs".

De son côté, la mairie de Sainte-Marie-la-Mer a tenu à réaffirmer qu'aucun arrêté municipal n'interdit la pratique du monokini sur la plage. "Le conseil municipal et son maire estiment que le fait pour une femme de bronzer les seins nus n’est en aucun cas constitutif d’une quelconque atteinte à la pudeur ou aux bonnes mœurs, ajoute-elle. De fait, ils n’ont jamais demandé aux forces de l’ordre d’agir dans ce cadre."]
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer nature tourisme économie méditerranée