• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Des réfugiés campent devant la Croix-Rouge à Nîmes

Femmes et enfants originaires de Tchétchénie, d'Arménie et d'Albanie vivent dans des tentes devant les locaux de la Croix-Rouge à Nîmes - 29 septembre 2015 / © France 3 LR
Femmes et enfants originaires de Tchétchénie, d'Arménie et d'Albanie vivent dans des tentes devant les locaux de la Croix-Rouge à Nîmes - 29 septembre 2015 / © France 3 LR

Depuis début septembre, 4 familles originaires de Tchétchénie, d'Albanie et d'Arménie vivent dans des tentes devant les locaux de la Croix-Rouge à Nîmes. Elles ont été déboutées de leur demande d'asile.

Par Zakaria Soullami


4 familles vivent dans des tentes devant les locaux de la Croix-Rouge à Nîmes depuis près d'un mois. Une vingtaine de personnes qui viennent de Tchétchénie, d'Albanie et d'Arménie. Toutes ont été déboutées de leur demande d'asile.
Plus aucune structure ne peut prendre en charge ces réfugiés à Nîmes, faute de moyens.
Ils sont sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français.

Vadim, l'un de ces réfugiés, a été contraint de fuir son pays pour sauver sa vie et celle de sa famille.
Ancien policier tchétchène de 38 ans, il était menacé dans son pays pour avoir dénoncé la corruption qui gangrenait son service.
Arrivé en France il y a 3 ans, il a tenté de décrocher un statut de demandeur d'asile, en vain.

Reportage à Nîmes.
Une vingtaine de réfugiés contrainte de vivre dans des tentes devant la Croix-Rouge à Nîmes
S. Vicente et P. Trouillet

Avec la baisse prochaine des températures, les conditions de vie de ces réfugiés vont encore se compliquer.
Pour les mettre rapidement à l'abri, un collectif de soutien demandera, ce mercredi, au préfet du Gard, une solution d'hébergement pérenne.

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus