• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La SNSM de Sète sera dotée d'un nouveau bateau tous temps révolutionnaire

Roscoff (Finistère) - le nouveau canot tous temps de la SNSM - novembre 2015. / © FRED TANNEAU / AFP
Roscoff (Finistère) - le nouveau canot tous temps de la SNSM - novembre 2015. / © FRED TANNEAU / AFP

Insubmersible et autoredressable, ce nouveau canot tous temps équipera bientôt la SNSM de Sète. Dans 9 à 15 mois, la Société nationale de sauvetage en mer pourra ainsi mieux répondre à l'évolution du sauvetage en mer quelle que soit la météo. Mais la pérennité de la SNSM dépend toujours des dons.

Par FD avec afp


La SNSM renouvelle sa flotte et appelle aux dons

Le nouveau canot, testé en Bretagne, sera soumis à d'autres tests au cours des prochaines semaines, avant d'être livré en janvier à la station de sauvetage de l'île de Sein, au large du Finistère, là où les courants sont particulièrement forts et la mer agitée.
Deux autres canots de nouvelle génération seront construits en 2016 et 2017, et destinés aux stations des Sables d'Olonne en Vendée et de Sète dans l'Hérault, avant d'autres éventuelles commandes.

Essai de retournement du nouveau canot SNSM à Roscoff / © AFP - F. Tanneau
Essai de retournement du nouveau canot SNSM à Roscoff / © AFP - F. Tanneau

Un bateau moderne et novateur : insubmersible et autoredressable

Le nouveau canot tous temps, construit comme son nom l'indique, afin de pouvoir sortir par toutes les conditions de mer, vient d'être testé dans le port de Roscoff, dans la Finistère nord.
En une quinzaine de secondes, l'embarcation orange et verte de près de 18 mètres de long a été retournée à l'aide de sangles reliées à une grue, avant de poursuivre d'elle-même sa rotation pour retrouver sa position initiale, le tout avec trois personnes à bord.

"Ça a été relativement souple et simple", raconte à l'AFP la navigatrice Anne Quéméré, casquée et arnachée à son siège pendant l'opération, expliquant avoir déjà eu l'occasion de se retourner en mer, mais "avec des canots beaucoup plus petits, en solitaire et sans assistance".


"Ça a été tellement rapide qu'on n'a pas eu le temps d'avoir des sensations fortes", ajoute François Spinec, marin-pêcheur et futur patron du navire. "Mais ça veut dire que le bateau a une bonne stabilité, c'est donc concluant", ajoute-t-il.

roscoff test du canot tous temps CTT
A l'intérieur d'un Canot Tous Temps qui se retourne.

Les 2 prochains nouveaux canots pour les stations des Sables d'Olonne et de Sète 

D'un coût de 1,4 million d'euros, entièrement financé par un particulier, le canot est appelé à devenir le navire amiral de la SNSM.
Doté de deux puissants moteurs (650 cv), il pourra atteindre les 25 noeuds à pleine charge et accueillir jusqu'à 70 passagers, contre 40 jusqu'à présent pour ce type de canots, les plus puissants de la flotte de la SNSM.
Ce prototype comprend en outre et pour la première fois, une zone médicalisée et est doté de tout le confort nécessaire à son équipage et ses passagers.

Test de retournement du canot tous temps SNSM
Roscoff (29) Intervenants : Tristan Pouliquen, directeur opérationnel du chantier Sibiril - François Spinec, patron du canot SNSM de l'Ile de Sein - Didier Marchand, architecte naval (Pantocarène) - Christian Hélou, directeur technique de la SNSM - Xavier de la Gorce, président de la SNSM / Reportage : M. Le Morvan - M. Trégouët

La SNSM a besoin d'argent pour assurer sa mission

"Le sauvetage qu'on faisait il y a 30 ans n'est pas celui qu'on fait aujourd'hui", explique le président de la SNSM, Xavier de la Gorce. Si l'association secourait auparavant surtout des marins aguerris et habitués aux dures conditions en mer, 80% de ses interventions se font aujourd'hui auprès de plaisanciers.


Des plaisanciers qui, selon Xavier de la Gorce, "peuvent - si ce n'est doivent -, sauver la SNSM". "Que le plaisancier, de manière spontanée, par solidarité, par sens de la responsabilité, vienne apporter son écot à la SNSM me paraît tout à fait logique", estime l'ancien secrétaire général de la Mer (2004-2008).

La SNSM évalue à un million le nombre de plaisanciers en France, parmi lesquels seuls 50.000 cotisent à l'association reconnue d'utilité publique. "Si chacun donne une dizaine d'euros, on sauve la SNSM", note le président des sauveteurs français, assurant qu'il "n'y a plus d'argent public aujourd'hui".

Une association en péril

Le budget annuel de l'association est de 27 millions d'euros, provenant à 75% de dons, legs et opérations de mécénat, et à 25% des collectivités locales et de l'État, dont la contribution est passée de 40% dans les années 1980 à 8% aujourd'hui.

"Tout le monde s'accorde à dire que ce que fait la SNSM c'est merveilleux, mais personne ne se pose la question de savoir comment financièrement elle vit", regrette Anne Quéméré.



L'association, portée par 7.000 bénévoles et qui dispose de 219 stations réparties sur tout le littoral, porte secours chaque année à plus de 7.000 personnes.
Sa flotte se compose de quelque 300 embarcations, dont 40 canots tous temps.

Pour aider la SNSM.

Sur le même sujet

L'ambiance à la fin du match Allemagne Afrique du Sud

Les + Lus