A Castelsarrasin (82), les collégiens passent le “permis portable”

L'utilisation intempestive du téléphone en cours peut coûter des points aux collégiens. / © Thierry Creux/MaxPPP
L'utilisation intempestive du téléphone en cours peut coûter des points aux collégiens. / © Thierry Creux/MaxPPP

Au collège Jean-de-Prades de Castelsarrasin (82), l'équipe éducative a mis en place un système de permis à points pour l'usage du téléphone portable. Tous les élèves de 6ème ont ainsi été formés. 

Par Marie Martin

C'est une initiative qui pourrait bien faire des émules, dans les collèges de France...

A Castelsarrasin, le collège Jean-de-Prades a initié, depuis la rentrée 2017, un permis à points pour les téléphones portables. "Il ne faut pas interdire", explique Eric Soula, principal de l'établissement. "Nous sommes dans une politique d'apprendre plutôt que de sanctionner". 

La règle est simple : il y a un lieu sacré et c'est la classe. Les élèves doivent donc éteindre leur téléphone au début du cours. Le moindre incident leur coûte trois points, sur un permis qui en compte douze. Si le permis est perdu, les parents doivent consigner le téléphone, le temps de récupérer les points. 

La semaine dernière, par exemple, une élève a pris une photo d'un enseignant pendant un cours. Photo qu'elle a posté sur les réseaux sociaux avec les commentaires qu'on imagine. Conséquence : son permis téléphone a sauté et elle a également été frappée de trois jours d'exclusion. 

Tous les élèves du collège sont concernés. Mais une formation spécifique a été donnée aux élèves de 6ème. 
Un questionnaire a été rempli par les parents, ce qui a permis de comprendes les habitudes des usagers. 
Une infirmière leur a expliqué les dangers d'une exposition prolongée aux écrans. Et un référent police leur a fait un exposé sur le cyber harcèlement et les conséquences pénales d'une mauvaise utilisation des réseaux sociaux.

L'expérience demande forcément beaucoup de travail et de suivi, de la part de l'équipe pédagogique. Mais les résultats sont là. 
"Il y a eu un changement énorme", déclare le principal, Eric Soula. "Il y a encore des problèmes mais le téléphone n'est plus un problème au collège. Ce n'est plus un tabou en tout cas..."

L'inspection académique s'intéresse de près à cette heureuse initiative. Qui anticipe les recommandations ministérielles. Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, s'est prononcé en effet pour une interdiction du téléphone portable dans les collèges. 


Sur le même sujet

Ouverture à Toulouse de la 11è édition du festival de cinéma LGBT

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés