Edmony Krater, un ambassadeur de la culture Gwo KA, est installé dans le Tarn-et-Garonne

Edmoni Krater, musicien de Gwo Ka / © France 3
Edmoni Krater, musicien de Gwo Ka / © France 3

Le Gwo Ka est une forme d'expression musicale qui tire ses racines de la période esclavagiste de la Guadeloupe. Elle est inscrite depuis 4 ans au patrimoine immatériel de l'humanité

Par Eric Coorevits + MP

Trompettiste, chanteur, percussionniste et même auteur de contes musicaux pour la jeunesse, en concert ou dans sa discographie, Edmony Krater multiplie les casquettes et brouille les pistes de mixage
Avec toujours sur le devant des scènes ou il se produit :  les rythmes et les tambours de GWO KA, emblème de la culture guadeloupéenne.

Un moyen de communication secret
Des tambours jadis construits par les esclaves avec des barriques, qui leur permettaient de communiquer entre eux au nez et à la barbe des colons. Des rythmes qui les faisaient entrer en transes et parfois en rébellion. 

Un professeur
Cette musique, et cette histoire, Edmony Krater les enseigne depuis presque 20 ans à Montauban.
Le conservatoire de la ville est le seul en France à proposer des cours de  GWO KA.
Edmony Krater et son groupe revisitent ces rythmiques traditionnelles sur un album fraîchement sorti, une invitation au voyage,  en mode salsa, funk ou jazz rock, un hymne à la vie qui a résisté au temps et à l'oubli.
Le GWO Ka est depuis quatre ans inscrit  par l'UNESCO au patrimoine immatériel de l'humanité

Vidéo : Rencontre signée Eric Coorevits et Vincent Albinet

 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Des détenus nîmois portent plainte contre l'Etat Français à cause de la surpopulation carcérale

Les + Lus