Montauban : un rassemblement en soutien aux profs menacés de sanctions suite au blocage des épreuves E3C

Rassemblement ce lundi matin devant le lycée Bourdelle pour une journée de solidarité avec les six profs menacés de sanction. / © Céline Ciron
Rassemblement ce lundi matin devant le lycée Bourdelle pour une journée de solidarité avec les six profs menacés de sanction. / © Céline Ciron

Ce lundi 3 février, les profs du lycée Bourdelle de Montauban occupent ce lundi l'établissement pour soutenir six de leurs collègues. Ces derniers ont reçu des menaces de sanction de la part du rectorat de l'académie de Toulouse après avoir soutenu le boycott des épreuves E3C par les élèves. 

Par M.D

Ils étaient près de 80 professeurs à soutenir le boycott des épreuves E3C par les élèves. Seuls six d'entre eux ont eu droit à des menaces de sanctions.
Rachel Clarenc, une enseignante, peine encore à comprendre pourquoi eux, et pas d'autres :

On essaye de chercher le point commun entre ces personnes... on n'en a pas trouvé.

 

"Aucun blocage" des E3C

Le 20 janvier dernier, les nouvelles épreuves de contrôle continu du baccalauréat, appelées E3C, devaient se dérouler au lycée Bourdelle, à Montauban. Mais les élèves de première ont décidé de les boycotter pour dénoncer cette réforme du bac. De nombreux professeurs ont aussi décidé de faire grève et de rejoindre les jeunes qui manifestaient devant l'établissement. 
 

De nombreuses activités sont prévues ce lundi au lycée Bourdelle en signe de protestation. / © Céline Ciron
De nombreuses activités sont prévues ce lundi au lycée Bourdelle en signe de protestation. / © Céline Ciron



Le lendemain, Benjamin, Hervé, Laure, Manu, Myriam et Olivier recevaient une lettre du rectorat les menaçants de sanctions pour avoir participé au blocage des épreuves. Une affirmation que contredit Rachel Clarenc :

Les élèves n'ont jamais fait de blocage, et nous non plus. Ceux qui voulaient passer les épreuves pouvaient le faire. Mais à un moment, les jeunes ont investi l'intérieur du lycée, et elles ont dû être annulées. 

 


Menaces et chantage ?

Les enseignants ont débrayé à plusieurs reprises pour protester contre ces menaces injustes selon eux. Enfin, ils ont été reçus par le directeur académique des services de l'Éducation nationale (DASEN), pour demander à ce qu'elles soient levées. Et font face à un discours particulier : "Le DASEN nous a dit que ces sanctions n'étaient pas de son ressort, mais que si tout se passait bien, qu'il n'y avait plus de débrayage ou de grève, le recteur pourrait ne pas les appliquer." 

Un chantage inadmissible pour les enseignants. Ils ont donc décidé de faire grève lundi 3 février en soutien aux six menacés :

On ne peut pas travailler avec cette épée de Damoclès sur la tête de nos collègues, et qui ricoche sur nous. 

Dès 7h45, les profs ont offert ce lundi matin un petit déjeuner aux élèves et au personnel venu d'autres établissements pour les soutenir. Un sitting a eu lieu sur le boulevard Herriot ainsi qu'un point presse. Beaucoup d'autres activités sont prévues pour cette journée de solidarité. Quoiqu'il en soit, les professeurs du lycée Bourdelle n'ont pas l'intention de se taire :

Nous on est là pour protéger nos élèves, car on les mène à un échec programmé. 

Sur le même sujet

Les + Lus