Tarn-et-Garonne : la piste du suicide commun après la mort de deux octogénaires par arme à feu à Vaïssac

Un homme de 82 ans et son épouse de 83 ans ont été retrouvés morts à leur domicile lundi matin dans la commune de Vaïssac, dans le Tarn-et-Garonne. Le Parquet de Montauban privilégie la piste du suicide commun.

Le drame a été découvert lundi matin vers 10 heures à Vaïssac. En arrivant au domicile du couple, dans cette petite commune de 850 habitants située à l’est de Montauban, un livreur, venu remettre un colis contre signature, découvre un mot sur la porte de la maison. Il lui est demandé d’aller jusqu’au garage pour effectuer sa mission. C’est là qu’il découvre les corps des deux octogénaires, tous deux assis.

L’homme, un ancien commissaire à la retraite et son épouse. Tous deux sont morts par arme à feu.

Nous privilégions la piste du suicide commun ” explique Emmanuel Ferrand, le substitut du Procureur, auprès du Parquet de Montauban. “La position des corps, le fait qu’il n’y ait pas de signes de désordre, tout cela nous laisse à penser que cela a été organisé en amont ". Selon les premières constatations, aucun courrier n’a été découvert, qui pourrait justifier cet acte. Mais les recherches d’indices se poursuivent.

Un couple sans histoires

Le scénario pourrait être le suivant : l’homme aurait tiré avec un pistolet semi-automatique sur sa femme, avant de retourner l’arme contre lui. Pour autant, la piste du drame familial n’est pas encore totalement écarté. “Nous attendons le résultat des autopsies qui devraient être effectués aujourd’hui ”, précise le substitut du procureur Emmanuel Ferrand.

L’enquête a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Montauban.

Selon nos confrères de “La Dépêche”, le couple est décrit par le maire de Vaïssac, Francis Delmas,  comme “parfaitement intégré à la vie de Vaïssac.” Il évoque “des gens sans problème ” (…) venus s’installer dans cette commune il y a une quinzaine d’années.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société police sécurité décès criminalité