• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Une pétition qui dénonce “l'extermination de chats” fait polémique dans une commune du Tarn-et-Garonne

© MAXPPP
© MAXPPP

Une pétition lancée sur le site MesOpinions.com, qui dénonce "l'extermination illégale des chats de Montech", a récolté 18 000 signatures en 4 jours. A travers ces accusations, que dément formellement la mairie de Montech, c'est la SACPA, une fourrière, qui est visée.

Par Yann Lagarde

La commune de Montech est depuis quelques jours la cible des défenseurs des animaux. Une pétition, lancée par l'Association de Chats libres de Montauban le 25 juillet dernier, a déjà récolté plus de 18 000 signatures.

L’auteure de la pétition, jointe par téléphone dénonce des disparitions de chats errants, " une centaine depuis le mois de mars dernier ", et reproche à la mairie de Montech de ne pas avoir pris d’arrêté pour prévenir du ramassage de chats errants. Toujours selon la même source, les chats seraient " ramassés clandestinement ".
En filigrane, c'est la société avec laquelle la mairie a signé une convention qui est visée : la Société pour l'assistance et le contrôle du peuplement animal (SACPA), chargée de capturer les animaux errants.

L’entreprise est responsable du décès accidentel de plusieurs chiens, lors d’un transfert dans un camion hermétique, en avril 2014. En tout, 24 chiens sur 38 étaient morts d’asphyxie lors de ce transport.

Mais selon la mairie de Montech, « cette pétition est fantaisiste et raconte n’importe quoi ». La mairie est en contact avec des représentants de la fondation 30 millions d’amis et s’apprête à mettre en place un plan de stérilisation des chats, une décision qui va pourtant dans le sens des revendications de la pétition.

La mairie assure que la question des chats errants " n’est pas plus problématique à Montech que dans les autres communes ".
« Tout est fait dans les règles, en accord avec la loi » ajoute-t-elle en précisant qu'elle a déposé une plainte à la gendarmerie. 

Selon l'arrêté du Arrêté du 3 avril 2014 :
«Les chats non identifiés, sans propriétaire ou sans détenteur, vivant en groupe, dans des lieux publics, sur un territoire d’une commune, ne peuvent être capturés qu’à la demande du Maire de cette commune.
Ces animaux ne peuvent être conduits en fourrière que, dans la mesure où le programme d’identification et de stérilisation prévu à l’article L211-27 du code rural et de la pêche maritime ne peut être mis en œuvre.»

Sur le même sujet

Montpellier : les commerçants de la ZAC de Pérols exaspérés par la présence de caravanes

Les + Lus