Après les risques d'incendie, le compteur Linky accusé d'émettre des ondes électromagnétiques

Un compteur Linky / © France 3 Occitanie
Un compteur Linky / © France 3 Occitanie

Depuis son lancement en 2015, plus de 7 millions de foyers français ont été équipés en compteurs Linky. Un nouveau compteur ''intelligent''qui fait cependant l’objet d’une forte contestation. Ces détracteurs l'accusent de tous les maux.

Par J.V avec AFP

Depuis 2015, 7,3 millions de compteurs Linky ont été installés en France. Ces nouveaux compteurs électriques d’Enedis, filiale d’EDF, sont "communicants". Ils permettent de relever la consommation d’électricité sans l’intervention de techniciens. De plus, il est possible de connaître la consommation d’électricité en temps réel, ce qui devrait permettre de faire des économies d’énergie. Pourtant, deux ans après, ces compteurs continuent de rencontrer une forte opposition partout en France.
Les dizaines de communes et les centaines de citoyens qui continuent de s’y opposer assurent que ce n’est pas obligatoire. Le décret datant du 31 août 2010 rend obligatoire la mise en place de nouveaux compteurs, sans préciser toutefois le type concerné. Les détracteurs de Linky se saisissent donc du vide juridique qui flotte autour de ces compteurs. 
Parmi les critiques, les anti-Linky craignent en particulier que leurs données ne soient vendues ou récupérées lors de cyberattaques. Le directeur du programme Linky, Bernad Lassus, assure cependant que "les systèmes sont cryptés dans des zones spéciales et donc, je crois qu’on est bien protégé", tout en précisant que la protection des compteurs est en constante évolution. Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a lui-même changé d’avis sur l’installation de ces compteurs. Il a assuré vendredi 1er décembre qu’il n’y avait "aucun danger".

Exposition aux champs électromagnétiques 


D’autres critiques concernent l’exposition aux champs électromagnétiques. France 3 Occitanie a rencontré une tarnaise qui, suite à l'installation de son nouveau compteur, aurait été victime de nausées, de vertiges et de maux de tête violents. Des symptômes qu'elle impute directement au compteur Linky.
L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) estime néanmoins que le risque est très faible. Linky émettrait en effet 120 fois moins d’ondes qu’un réfrigérateur et 800 fois moins qu’un grille-pain. 
Dans d’autres pays européens, notamment l’Italie, la Suède et la Finlande, la totalité des foyers est déjà équipée de ces compteurs intelligents depuis quelques années. En France, Enedis souhaite avoir remplacé tous les vieux compteurs en 2021.

Regardez le reportage de France 3 Occitanie :
Les détracteurs du compteur Linky
Après les risques d'incendie, le compteur Linky est accusé d'émettre des ondes électromagnétiques. - France 3 Occitanie


30.000 compteurs électriques communicants sont installés chaque jour en France


Après des essais localisés, Enedis, filiale d'EDF, avait lancé le 1er décembre 2015 l'installation en masse de ces nouveaux appareils destinés à remplacer des compteurs électriques d'ancienne génération, pour certains âgés de plus de 40 ans. "On a, à ce jour, installé 7,3 millions de compteurs dans 4.200 communes. Aujourd'hui on pose 28.000 compteurs par jour et on a 3.000 installateurs sur le terrain", détaille Bernard Lassus, le directeur du programme Linky. "L'objectif de cette année, c'est de finir à 8,1 millions et pour fin 2018 c'est d'atteindre 16 millions compteurs installés", explique-t-il. 
Pour les foyers dotés du Linky, finis les passages du technicien chargé de relever les compteurs: la consommation est mesurée et transmise jusqu'au
fournisseur d'électricité, permettant une facturation plus précise que celle fondée sur des estimations.
Le compteur de nouvelle génération peut aussi recevoir des ordres à distance, par exemple pour une mise en service ou un changement de puissance, avec des économies au passage.
Malgré tout, l'utilité de Linky fait encore débat. "Si les bénéfices pour les opérateurs sont évidents, ceux qui concernent les consommateurs
tardent à se concrétiser"
, avait critiqué au printemps le Médiateur de l'énergie, Jean Gaubert.
Les clients peuvent certes s'inscrire sur le site internet du gestionnaire de réseau pour y suivre leur consommation - une démarche qui peut notamment encourager les économies d'énergie. Mais seuls 200.000 comptes ont été ouverts à ce jour. "On a aussi dans l'idée d'ouvrir des applis mobiles qui devraient normalement susciter beaucoup plus d'envie", espère Bernard Lassus.

Les associations de consommateurs font surtout état de plaintes en raisons de problèmes plus concrets: coffrage électrique qui ne ferme plus, compteur qui disjoncte plus souvent, appareils électroménagers qui ne fonctionnement plus correctement...
"On est inondés par des demandes et des inquiétudes", indique Nicolas Mouchnino, chargé de mission énergie à l'UFC-Que Choisir. "Il y a beaucoup de consommateurs dont on ne traite pas les problèmes", regrette-t-il.

L'installation des Linky a été sous-traitée à des prestataires de services


Pour des installations un peu plus compliquées que la moyenne, les employés d'Enedis sont parfois obligés de repasser pour corriger le tir.
"Les entreprises prestataires de pose ne sont pas forcément bien formées" et "les poseurs de compteurs font de l'abattage", regrette Bruno Bosquillon, délégué syndical central CGT chez Enedis.
La pose passe toutefois "plutôt bien" dans l'ensemble, selon le responsable syndical, même si la prochaine phase de déploiement dans les zones rurales pourrait s'avérer plus compliquée. Pour sa part, la direction d'Enedis reconnaît volontiers des problèmes mais en minimise l'ampleur.
"C'est normal qu'il y ait des défauts de jeunesse", juge Bernard Lassus, pour qui "dès qu'on rencontre une difficulté on essaie de la prendre en compte, de corriger le plus vite possible et de remédier à la situation".

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Les détracteurs du compteur Linky

Près de chez vous

Les + Lus