• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le braqueur de l’armurerie de Carmaux condamné à la perpétuité par la cour d'assises de Gironde

L'affaire avait fait grand bruit à Carmaux, en mai 2015 : le braquage d'une armurerie suivi d'une fusillade en pleine rue avec des policiers. L'un des braqueurs vient d'être condamné à perpétuité par la cour d'assises de Bordeaux. Son co-accusé s'est suicidé en prison il y a 3 ans.

Par Laurence Boffet

C'est un drôle de procès qui s'est tenu pendant quatre jours devant la cour d'assises de Bordeaux. Celui de François Décline, 46 ans, poursuivi pour avoir braqué une armurerie à Carmaux en mai 2015 et pour avoir tiré sur policier pour couvrir sa fuite. Un drôle de procès parce que chaque jour, le box des accusés est resté vide, nous apprend Sud Ouest. François Décline a obstinément refusé de comparaître. Et l'autre homme arrêté avec lui dans cette affaire s'est suicidé en prison en 2016.  
 

Un braquage à visage découvert

Le 19 mai 205, deux hommes entrent dans une armurerie de Carmaux, en pleine journée. Visages découverts, ils dérobent un fusil à pompe. En ressortant dans la rue, ils tombent sur une équipage de la police nationale. Une bagarre s'en suit, au cours de laquelle l'un des braqueurs dérobe l'arme d'une policière, la met en joue puis s'en sert pour tirer sur son collègue qui sera blessé à la cuisse. Les deux hommes prennent ensuite la fuite en arrêtant un véhicule. Ils seront arrêtés en septembre 2015 à Malaga, en Espagne. 

Un braqueur multi récidiviste

Déjà condamné par le passé pour d'autres braquages, François Décline a été reconnu coupable vendredi de braquage à main armée, de tentative d'homicide sur les deux policiers et du vol d'un véhicule avec violences. Il a été condamné à la réclusion criminelle à la perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans, la peine maximale encourue. 

La semaine dernière, il avait déjà été condamné à 30 ans de réclusion criminelle par la même cour d'assises de Gironde pour une autre affaire : celle de l'enlèvement et de la séquestration d'un marchand de biens toulousain le 22 mai 2015, trois jours après le braquage de l'armurerie de Carmaux. 

Sur le même sujet

Double infanticide à Beaucaire : les 2 enfants sont morts d'asphyxie probablement médicamenteuse

Les + Lus