Tarn : le DJ Pone a composé avec ses yeux le mix final de la cérémonie de clôture des Jeux Paralympiques de Tokyo

Le musicien et DJ Pone, ex-membre du groupe Fonky Family aujourd'hui installé à Gaillac, dans le Tarn, a composé le mix final de la cérémonie de clôture des Jeux Paralympiques de Tokyo. Une fierté pour ce musicien atteint de la maladie de Charcot, qui travaille avec ses yeux.
Pone travaille en commandant un logiciel de lecture des mouvements de ses yeux.
Pone travaille en commandant un logiciel de lecture des mouvements de ses yeux. © Nicolas Bonduelle/FTV

C'est comme une évidence. L'équipe organisatrice des Jeux Paralympiques Paris 2024 qui s'apprête à reprendre le flambeau de son homologue de Tokyo, a contacté Pone via son associé. "Bien évidemment, je ne pouvais pas dire non", confie le musicien.

Guilhem Gallart, alias Pone, né à Toulouse en 1973, est un nom qui compte dans la musique française. Co-fondateur et membre du groupe marseillais Fonky Family, il a aussi écrit des musiques pour Rohff, Diam's et le groupe 113.

Atteint de la maladie de Charcot, diagnostiquée en 2015, Pone, qui vit désormais à Gaillac dans le Tarn, est paralysé. Mais il continue à composer grâce à un logiciel de lecture des mouvements oculaires. C'est ainsi qu'il a écrit un mix final pour la cérémonie de clôture des Jeux Paralympiques de Tokyo, prévue le dimanche 5 septembre 2021.

"C'est un mix plutôt dansant", explique-t-il, "à la demande de l'organisation. C'est uniquement des morceaux originaux". 

Les Jeux Olympiques représentent le dépassement de soi. Mais les Jeux Paralympiques, c'est plus que ça. Ce sont des athlètes qui ont en plus à surmonter un handicap. Avec tout ce que cela comporte, physiquement mais aussi psychologiquement. Et je peux vous dire que c'est difficile. Ce sont tout simplement des héros.

Pone

Son épouse Wahiba, qui l'accompagne dans sa vie quotidienne et son travail, déclare : "Déjà, je pense que sans la maladie, avoir sa musique qui fait le tour du monde, ça doit être quelque chose d'extraordinaire. Mais le contexte fait que ça a encore plus de sens. On voit tout le parcours qu'il a fait pour en arriver là aujourd'hui".

C'est quelque chose que lui-même, je pense, n'aurait jamais imaginé.

Wahiba Gallart

Pone a en effet relevé le défi. Avec modestie et sans stress particulier à l'idée de sa musique retentissant dans le stade et sur les télévisions du monde entier : "Je ne suis pas de nature anxieuse, c'est cool...".

La cérémonie de clôture des Jeux Paralympiques de Tokyo débute dimanche après-midi, à partir de 13 heures. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture handicap société musique jeux olympiques sport handisport