L'archéopole de Castres est menacée de disparaître

L'archéopole, le Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du pays Castrais (CERAC) risque de perdre son archéologue suite à la baisse des subventions. La disparition de cert emploi pourrait entrainer la disparition de la structure. 

La perte de l'archéologue priverait ces amateurs de toute légitimité
La perte de l'archéologue priverait ces amateurs de toute légitimité © France 3
Un lieu et une activité pratiquées depuis un demi-siècle
Depuis 50 ans, le Centre d'Etudes et de Recherches Archéologiques du pays Castrais (CERAC) s’investit dans la sauvegarde des vestiges par le biais de multiples opérations archéologiques et aussi par l’étude et la recherche de ces vestiges.
C'est également un espace de transmission par des expositions, des ateliers pédagogiques, des conférences et des participations aux événements nationaux et locaux.

Aujourd'hui, menaces
L’archéopole est aujourd’hui menacée suite à la baisse des subventions et la fin des contrats aidés et risque de se retrouver sans salariés en janvier.

Appel au mécénat
L'association gérant le lieu a mis en place une campagne de mécénat participatif sur la plateforme Commeon  dans le but de reconduire le poste d’archéologue-animateur en 2018.
Cette archéologue pourrait ainsi continuer ses missions de sauvegarde, de valorisation et d'étude du patrimoine archéologique de Castres.

Une nouvelle exposition le 24 novembre 
« Les Premiers Gestes de l’Homme : de l’usuel des premiers outils à l’esthétique des premières élites » exposant des pièces inédites sur la Préhistoire et la Protohistoire avec notamment le matériel des fouilles de la nécropole de Gourjade, un site protohistorique exceptionnel.

Vidéo : le reportage de Myriam Brisse et Véronique Galy
L'archéopole de Castres est menacée de disparaître


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archéologie culture patrimoine
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter