Castres : l'hôpital et un médecin jugés pour homicide involontaire suite au décès de Céline Tondo

L'hôpital inter-communal de Castres-Mazamet - où l'erreur médicale a eu lieu - sera également jugé en tant que personne morale. / © FTV
L'hôpital inter-communal de Castres-Mazamet - où l'erreur médicale a eu lieu - sera également jugé en tant que personne morale. / © FTV

En avril 2011 Céline Tondo est décédée à l'hôpital de Castres suite à une intervention banale. Il y aura bien un procès du gynécologue qui l'opérait. Il avait par erreur sectionné une artère, provoquant une hémorragie mortelle. Le médecin et l'hôpital seront jugés pour homicide involontaire.

Par Yann-Olivier d'Amontloir

Le 8 avril 2011 Céline Tondo (34 ans) est décédée au Centre Hospitalier inter-communal (CHIC) de Castres-Mazamet, suite à une intervention banale : une coelioscopie pratiquée dans le cadre de son désir d'enfant.
Cet accident médical a plongé toute une famille dans le deuil.
Le gynécologue qui l'opérait avait par erreur sectionné une artère, provoquant une hémorragie mortelle.
Presque 9 ans après le drame, il sera jugé pour homicide involontaire.

Une épreuve pour la famille

Le juge d'instruction chargé du dossier a mis en examen le gynécologue-obstétricien en 2012 pour "homicide involontaire".
En 2016 c'est à sa propre demande que le CHIC - aussi baptisé "hôpital du pays d'Autan" - a été mis en examen à son tour en tant que "personne morale".
Mais pour l'entourage de la victime, les épreuves étaient loin d'être terminées.

3 expertises - 8 ans d'instruction

Pas moins de trois expertises (ou contre-expertises) ont été réalisées tour à tour, à la demande des parties civiles ou de la défense : elles n'ont pas toutes conclu à la responsabilité du praticien, compliquant d'autant la tâche du magistrat instructeur.
Le 21 mai 2019, dans son réquisitoire définitif, le procureur de la République du tribunal de Castres a demandé le renvoi en correctionnelle du médecin et de l'établissement.
Pour les parents endeuillés de Céline Tondo le procès annoncé concrétise l'espoir de voir les responsables du décès de leur fille jugés et condamnés. / © FTV
Pour les parents endeuillés de Céline Tondo le procès annoncé concrétise l'espoir de voir les responsables du décès de leur fille jugés et condamnés. / © FTV
Ce marathon judiciaire a poussé à bout les parents âgés de Céline Tondo et les autres membres de sa famille, qui en venaient à désespérer de voir un jour les protagonistes jugés et condamnés.
Toujours dans l'attente, en décembre dernier l'avocat toulousain de la famille Tondo, Me Georges Catala, s'est insurgé contre la lenteur de l'institution judiciaire.

Selon une information de nos confrères de France-Bleu Occitanie, confirmée ce mercredi matin par Me Georges Catala, le juge d'instruction a rendu une ordonnance de renvoi, le 29 décembre dernier.

C'est le plus beau cadeau de Noël que nous pouvions recevoir

ont confié les parents de Céline Tondo.
Cependant leur avocat souligne que "le combat n'est pas terminé". En effet le gynécologue et l'hôpital peuvent interjeter appel de cette décision.

Un possible procès en septembre

Dans ce cas-là ce sont les conseillers de la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Toulouse qui entendraient les parties. Selon les délais habituels - et si leur arrêt confirme l'ordonnance de renvoi - le procès pourrait se tenir devant le tribunal de Castres à la rentrée de septembre.

Voyez notre synthèse de l'affaire commentée par Bruno Frediani
Les parents de Céline Tondo, décédée à l'hôpital de Castres, attendent un procès.

Sur le même sujet

Les + Lus