• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tarn : l'agression d'un soldat du 8ème RPIMA de Castres n'est pas liée à un acte anti-armée

L'agression a eu lieu en pleine campagne / © S. Duchampt / France 3
L'agression a eu lieu en pleine campagne / © S. Duchampt / France 3

Un militaire du 8ème RPIMA de Castres a été violemment agressé à l'arme blanche jeudi soir, à Saint-Julien-du Puy, dans le Tarn. Il serait hospitalisé dans un état grave. Les circonstances de l'agression sont encore floues mais il ne s'agit pas d'un acte anti-armée, selon le Parquet de Castres.

Par Marie Martin

La victime, qui était en train d'effectuer une marche d'entraînement, à Saint-Julien-du-Puy, à une trentaine de kilomètres de Castres jeudi soir aux alentours de 20h30, aurait été abordée par deux hommes qui lui auraient porté des coups, puis des coups de cutter, le blessant assez profondément aux bras et aux cuisses.

Le 8ème RPIMA, que nous avons contacté, confirme l'agression mais ne communique pas de précisions sur les circonstances de cette agression. La victime, un sous-officier d'une trentaine d'années, n'était pas en service au moment des faits. Il ne portait pas son uniforme, seulement un pantalon de treillis, un tee-shirt et un sac à dos.

Selon le Parquet de Castres, qui a entendu le militaire, aucun propos anti-armée n'aurait été proféré. 
En revanche, selon certaines sources proches de l'enquête, la victime était connue des services de police pour des faits relatifs aux stupéfiants. Les enquêteurs devront donc déterminer s'il s'agit d'une agression "gratuite" ou d'un règlement de comptes lié à ces antécédents. 

Attaqué à l'arme blanche, le soldat est toujours hospitalisé. Ses jours ne sont pas en danger. Ses agresseurs n'auraient pas été interpellés. 



Sur le même sujet

"Si une cathédrale brûle, elle est appelée à être rebâtie"

Les + Lus