Tarn : faute de médecins, des communes des Monts de Lacaune les remplacent par des bornes de télémédecine

Publié le

Face à l'impossibilité de trouver des remplaçants à leurs médecins partis à la retraite, plusieurs communes des Monts de Lacaune, dans le Tarn, n'ont pas eu d'autres choix que d'installer des cabines de téléconsultation. L'expérience semble satisfaire les habitants, "faute de mieux".

En septembre 2021, la petite commune de  Viane dans les Monts de Lacaune  (Tarn) a vu, la mort dans l'âme, son médecin partir à la retraite, sans remplaçant pour lui succéder.  Trois mois plus tard, c'est une cabine de télémédecine qui permet d'assurer les consultations en visioconférence au sein du village de 542 habitants.  " Nous n'avions pas le choixdéplore Monsieur le Maire, Denis  Maffre.   Nous étions dans l'obligation de pallier ce manque.  Cela ne règle pas tout. Certaines pathologies ne peuvent pas être prises en charge, mais c'est très pratique pour le renouvellement de médicaments ou les consultations d'enfants. "

Voici son fonctionnement dans une commune des Hauts-de-France :

La municipalité n'est pourtant pas restée les bras croisés face au départ annoncé de son seul praticien.   Un cabinet de recrutement a été sollicité pour trouver la perle rare.  Sans succès.  Des médecins de la commune voisine de  Brassac s'étaient proposés pour venir étendre leur activité à la maison de santé de  Viane.  " L'Ordre des médecins n'a pas donné le feu vert.  Ils ont droit de se déplacer à domicile pour s'occuper des patients, mais pas plus. Vu la situation, c'est désolant ", se lamente l'élu.

L'exemple de la commune de Murat-sur-Vèbre

L'idée d'installer une cabine de téléconsultation, avec une infirmière libérale pour accompagner les patients durant leur rendez-vous, est née de l'expérience d'une autre commune située à une trentaine de kilomètres de là.  Au début de l'année 2021, Murat-sur-Vèbre s'est retrouvée dans la même situation que  Viane et a donc opté pour une borne de télémédecine.  " Le soutien conséquent de l'Etat " comme le souligne Daniel Vidal  - 20 000 euros sur les 50 000 euros du dispositif - l'a aidé à passer le pas.  " Cela  ne remplace pas totalement un médecin, reconnaît-il.   Mais il est surprenant de constater l'autonomie des personnes âgées face au dispositif après une ou deux visites.  Donc faute de mieux... "

Point faible. La cabine a trouvé sa place au sein de la pharmacie du village. "En raison de la surcharge d'activité de notre pharmacien pour les tests Covid, il lui est difficile d'assurer les deux services" constate l'élu.

Qui dit téléconsultation, dit internet haut débit...

Néanmoins satisfait du dispositif, le maire muratais à d'autres projets sous le coude :  " Nous voudrions former des infirmières libérales pour qu'elle puisse sur le même modèle que les cabines faire des visites à domicile et effectuer des télé consultations à l'aide de tablette."


Mais les Monts de Lacaune ne sont pas seulement des déserts médicaux.
 Ce sont aussi des déserts numériques.  La fibre n'est pas encore arrivée sur ces hauteurs isolées de l'est du Tarn. Prévue pour fin 2022, son déploiement par SFR a même pris du retard. L'internet à haut débit ne devrait pas fonctionner "avant 2023lance, lassé, Daniel Vidal.

À moins que d'ici là, une autre solution s'impose avec les vétérinaires. Ces derniers sont désormais sept fois plus nombreux dans les montagnes tarnaises que les médecins généralistes...