Hommages à Pierre Fabre

Dr Denis Mukwege - Prix Nobel de la paix / © Fabian Sommer / MaxPPP
Dr Denis Mukwege - Prix Nobel de la paix / © Fabian Sommer / MaxPPP

Depuis l'annonce du décès du fondateur des laboratoires Pierre Fabre, les réactions se multiplient dans notre région. Personnalités politiques, sportives et économiques : toutes s'accordent à saluer la mémoire de Pierre Fabre, disparu samedi à l'âge de 87 ans.

Par Marie Martin

Mort de Pierre Fabre



Jean-Michel Baylet, président du PRG

La France perd un homme d'entreprise visionnaire qui a su développer en cinquante ans son laboratoire sur tous les continents, tout en gardant son indépendance. Il était aussi un humaniste profond, un homme généreux qui, à travers sa fondation, se souciait toujours du malheur des hommes à travers le monde







Bernard Carayon, maire (UMP) de Lavaur

Un homme d'exception, d'une très profonde humanité




Jean-Luc Moudenc, ancien maire (UMP) de Toulouse

Un phare de l'économie locale s'est éteint. Je salue le parcours extraordinaire de ce petit pharmacien de province, devenu un industriel important et reconnu de tous.






Martin Malvy, président (PS) de la région Midi-Pyrénées

Depuis plusieurs mois on ne voyait plus Pierre Fabre qui s’était seulement entretenu pendant quelques minutes avec François Hollande lors de sa visite à Soual pour assister à l’inauguration de sa dernière unité de fabrication de produits dermatho-comestiques. La plus grande discrétion entourait sa maladie, mais nous savions qu’elle était incurable.
Sa disparition est ressentie unanimement avec émotion et respect. Sa famille, ses collaborateurs, le personnel, celles et ceux qu’il a soutenus, au premier rang desquels le Castres Olympique étaient attachés à sa personne et sont en deuil. Au-delà de Castres et du Tarn, il est celui de toute la région Midi-Pyrénées.
Pierre Fabre a non seulement consacré 50 ans de sa vie à l’édification de l’un des trois premiers groupes pharmaceutiques français avec passion, intuition et invention mais il l’a fait avec une fidélité exceptionnelle à la terre qui était la sienne, qu’il a entraînée et servie dans son aventure industrielle.
Pendant toute sa vie Pierre Fabre aura été un précurseur. Jusqu'à ses derniers jours il aura imaginé et construit des projets dont l’un des derniers aura été le Canceropole de Toulouse dont il restera l’inspirateur et le principal acteur.
J'adresse en mon nom personnel mais aussi au nom de l’institution régionale mes plus sincères condoléances à sa famille et salue avec respect sa mémoire.

Romain Teulet, arrière du Castres Olympique

Je suis abasourdi comme beaucoup de monde à Castres et bien au-delà. C'est un grand Monsieur qui nous quitte. Il a fait de grandes choses et a eu une réussite professionnelle exceptionnelle. A Castres et dans le Tarn, sa disparation va être vivement ressentie, car beaucoup de familles vivent grâce à lui, à son empire. On savait qu'il luttait contre cette terrible maladie, mais on n'est jamais préparé à voir disparaître des êtres si proches. J'ai eu l'honneur, le privilège, de pouvoir parler avec lui et même de déjeuner en tête-à-tête, j'ai conscience aujourd'hui de ma chance au regard du personnage important qu'il était. Je suis terriblement affecté, cela d'autant qu'il y a peu, la ville de Castres partageait un
bonheur intense avec ce titre et qu'elle s'apprête à vivre un long moment de tristesse. Sa disparition risque de provoquer un marasme dans la région à tel point il était aimé, apprécié ou respecté

 






Laurent Travers, ex-entraîneur du Castres Olympique

Je suis très attristé. C'était quelqu'un d'important pour le pays, la Région, le Tarn et bien sûr la ville de Castres. C'est quelqu'un qui a beaucoup créé. Il était toujours impliqué dans ce qu'il faisait et au CO, bien évidemment. C'est quelqu'un avec qui on pouvait échanger. C'était un homme très ouvert, à l'écoute des autres
 

Laurent Labit, ex-entraîneur du Castres Olympique


On est tous sous le coup de l'émotion. C'était, outre un grand professionnel, un homme humble, modeste. Il a réussi à créer de nombreuses choses et notamment faire vivre le Tarn et la ville de Castres. On a tous l'impression de perdre un membre de notre famille. C'est quelqu'un qui était toujours dans le travail, dans la rigueur, mais qui était toujours à l'écoute des autres. Avec Laurent (Travers), on était des privilégiés car nous avons eu la chance de le rencontrer. Il n'avait pas pu être présent à Nantes (pour la demi-finale) ni au Stade de France, mais nous savions par Pierre-Yves Revol (président du CO de 1989 à 2008) qu'il regardait le match en famille et qu'il était heureux. On l'a rencontré dernièrement à titre privé en compagnie de M. Revol. On a apporté le Bouclier de Brennus chez lui

Pierre Gattaz, président Medef

C'est une immense perte. Pierre Fabre avait une vision et un projet ambitieux pour son entreprise. Il était, parmi les grands décideurs français, l'un des plus investi et des plus soucieux de sa région, de l'emploi et du développement économique local

Pierre Cohen, maire (PS) de Toulouse

Je salue la mémoire de cette personnalité hors du commun dont le parcours a été exemplaire. En 1962, ce pharmacien de formation a fondé son entreprise, devenue aujourd’hui un géant du secteur de la pharmacie et des cosmétiques, qui emploie plus de 10 000 salariés. Cet homme remarquable, arrivé au niveau mondial de son industrie, est resté très attaché à son territoire. Pierre Fabre a très largement contribué au développement de la recherche, de l’innovation et de l’emploi sur la région Midi-Pyrénées et notamment sur Toulouse. Il a été l’un des moteurs les plus précieux de l’Oncopole en y implantant, le premier, son laboratoire de recherche. Il a aussi partagé sa réussite avec les siens en soutenant financièrement depuis 25 ans le Castres olympique. Il est parti en ayant partagé le bonheur de son équipe devenue championne de France de rugby cette année.
Au nom de la Ville de Toulouse, j’adresse toutes nos condoléances à sa famille, à ses amis, à tous ses collègues et employés


Sur le même sujet

Les + Lus