Toulouse : la réclusion criminelle à perpétuité requise contre l'incendiaire de Lavelanet

Lors de la quatrième journée du procès en appel de Belkacem Atamena, poursuivi pour l'incendie criminel d'un foyer de la Croix-Rouge à Lavelanet, qui avait fait trois victimes, l'avocat général a requis la réclusion criminelle à perpétuité.
L'incendie criminel de ce foyer d'hébergement avait fait trois victimes.
L'incendie criminel de ce foyer d'hébergement avait fait trois victimes. © FTV
En première instance déjà, l'avocat général avait requis la perpétuité à l'encontre de Belkacem Atamena, lors de son procès devant la cour d'assises de l'Ariège, en 2019. L'homme poursuivi pour avoir allumé l'incendie qui a provoqué la mort de trois personnes avait finalement été condamné à 25 ans de prison, assortis d'une peine de sûreté de 22 ans.

Belkacem Atamena a toujours clamé son innocence : il a immédiatement fait appel de cette condamnation. Depuis lundi 7 septembre, il est à nouveau jugé, cette fois par la cour d'assises de Toulouse.

Jalousie et violences

Il est soupçonné d'avoir, dans la nuit du 3 au 4 septembre 2014, mis le feu à deux véhicules garés sous le foyer d'hébergement de la Croix-Rouge, à Lavelanet, dans le département de l'Ariège. Auparavant, il y avait proféré des menaces, notamment à l'encontre d'un résident qu'il soupçonnait d'avoir une relation avec son ex-compagne. Des témoins sont venus à la barre raconter cet épisode de menaces.

Belkacem Atamena était déjà connu des services de gendarmerie pour des faits de violences conjugales. L'enquête s'est assez rapidement orientée vers lui et l'homme, alors âgé de 31 ans, a été interpellé un an après les faits.

Après les plaidoiries de la défense, le verdict de la cour d'assises de Toulouse devrait être rendu demain, vendredi 11 septembre. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers justice société