• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Wiseed, plateforme de crowdfunding toulousaine, s'intéresse à l'aéroport de Nice

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron rencontrera demain mardi et mercredi les collectivités et chambres de commerce actionnaires des aéroports de Nice et de Lyon. / © MAXPPP
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron rencontrera demain mardi et mercredi les collectivités et chambres de commerce actionnaires des aéroports de Nice et de Lyon. / © MAXPPP

Proposer aux internautes de devenir actionnaire d'un aéroport a de quoi séduire. Wiseed, plateforme de financement participatif toulousaine, a déposé sa demande pour le rachat des parts de l'Etat dans l'aéroport de Nice Côte d'Azur.

Par Cécilia Sanchez

Wiseed avait tenté en novembre 2014 de racheter 10 % des titres de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, sans succès. Les 20 millions réunis auprès de 10 000 particuliers n'avaient pas suffi. Mais Thierry Merquiol, le patron de l'entreprise de financement participatif ne baisse pas les bras. Il lance une nouvelle tentative pour l'aéroport de Nice Côte d'Azur.

L'Etat revend en effet ses 60 % de parts et l'aéroport, privatisé, dans le cadre de la loi Macron pour la croissance. L'affaire fait grincer des dents sur la Côte d'Azur. Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d'Azur, avait organisé une consultation symbolique des Niçois en février dernier : 36 000 se sont prononcés contre cette privatisation. 

Thierry Merquiol estime "pouvoir lever entre 50 et 100 millions d'euros" grâce aux particuliers. Il a déposé une demande le 23 mars dernier, mais "attend désormais le feu vert de Monsieur Estrosi". Contrairement à ce qu'affirme le cabinet du maire de Nice dans le quotidien Nice Matin, Wiseed a bien déposé un dossier et sa proposition, il y a six mois. Et son PDG confirme être en discussion avec Nice métropole. 

Qu'est-ce que propose Wiseed aux participants ? Devenir actionnaire. De quoi effrayer les autres candidats à la reprise des parts. Pourtant, comme l'explique Mr Merquiol, "il est normal que les citoyens, qui ont participé à construire cet aéroport avec leurs impôts, en tirent bénéfice." 

Pour le moment, plusieurs repreneurs sont intéressés pour le plus fréquenté des aéroports de province. Parmi eux :
  • les aéroports de Paris
  • le groupe Vinci
  • l'assureur Predica (filiale du Crédit Agricole) selon l'agence Reuters
  • groupe Allianz
  • Macquarie
  • les fonds GIP (opérateur de London City)
  • Industry Funds Management (détient minoritairement les aéroports de Vienne et Manchester)
  • Ferrovial (aéroports écossais et anglais)
  • ENAIRE (aéroports de Madrid et Barcelone)
  • Atlantia (aéroport de Rome)
  • le groupe Malaysia Airport

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus