Opération sentinelle : qui sont ces réservistes qui patrouillent dans nos villes ?

Réserviste lors d'une séance d'entrainement à l'aéroport de Roanne (Loire) / © France 3 Aura
Réserviste lors d'une séance d'entrainement à l'aéroport de Roanne (Loire) / © France 3 Aura

On les a vus apparaître suite aux attentats de Charlie Hebdo puis du 13 novembre 2015, les réservistes de l'opération sentinelle ont décidé de s'engager pour renforcer la sécurité du pays. Comment sont recrutés ces citoyens volontaires issus du monde civil ? Quelles sont leurs missions ?

Par Odile Morain

Dans la rue, dans les gares, en treillis ou en uniforme de gendarme, on dénombre aujourd'hui près de 85 000 réservistes au titre de la garde nationale. Parmi eux, des professeurs, des commerçants, des hommes et des femmes, des jeunes mais aussi des retraités. La réserve militaire a été créée à la suite des attentats survenus à Paris le 13 novembre 2015. Elle vient renforcer l'opération sentinelle mise en place suite aux attentats de janvier 2015.
 

La double vie du réserviste

Dans les rangs des réservistes on rencontre d'anciens gendarmes et des civils qui ont choisi de donner du temps à la nation. Des hommes et des femmes qui passent l'essentiel de leur temps libre en uniformes. "On peut dire qu’être réserviste, c’est être gendarme à temps partiel", souligne le colonel Lamoine."On se met à la disposition de la gendarmerie lors de son temps libre."
Sur le terrain, les réservistes remplissent les mêmes missions et touchent la même solde au même grade que les militaires classiques. Ils mènent une double vie sur leurs congés ou en détachement professionnel. A l'entraînement comme en opération, les réservistes sont militaires au même titre que les actifs.
Interview Julien Lieutenant de réserve

J'ai jamais réussi à choisir entre une vie civile et une vie militaire. J'ai découvert que l'on pouvait faire de la réserve et que ça me permettait de conjuguer les deux 
Julien Lieutenant de réserve

 

Les bottes dans la boue : une motivation


Le 92ème Régiment d'Infanterie de Clermont-Ferrand compte près de 120 réservistes. Durant trois jours, du côté de Noirétable (Loire) ces hommes et ces femmes venus de différents horizons s'entrainent directement sous le terrain. Sous les ordres de Dominique. Dans le civil, il est chef de projet dans un bureau d'études. Mais ce jour-là, il commande une compagnie d'infanterie.  "L'objectif de ces manœuvres, c'est de mettre nos jeunes réservistes en situation de combat. Ça fait partie de leur apprentissage." explique-t-il. Pour tous il s'agit de driller les situations de combats, de répéter jusqu'à obtenir des automatismes. Mais Dominique y trouve en contrepartie une forme d'épanouissement.

La réserve, pour moi, c'est quand même un aboutissement et un engagement au service de la France.
Dominique, Commandant d'une compagnie d'infanterie.

 

Les femmes aussi

Parmi les réservistes, on croise des hommes mais aussi beaucoup de femmes. Le sergent Yolène est étudiante en dernière année d'école d'ingénieur. Aujourd'hui, le groupe de combat qu'elle commande doit tenir un pont. "Dans la réalité, s'il fallait, ce serait au péril de notre vie !" précise-t-elle.

Au final, ici, on trouve quand même une famille. On a appris des valeurs et je trouve que c'est vraiment important
Sergent Yolène, réserviste


Même choix pour Rachel qui a décidé de s'engager auprès de la réserve opérationnelle de la gendarmerie nationale. Agent d'accueil à l'université dans le civil, elle assure régulièrement la sécurité aux abords du stade du Roudourou à Guingamp (Côtes-d'Armor). Un choix qui remonte à l'enfance. "Quand j'étais petite, je jouais aux gendarmes et aux voleurs dans la cour, et ça me plaisait pas mal. J'étais plutôt le gendarme, j'arrêtais les voleurs. Je pense que ça vient de là aussi", explique-t-elle en riant.

Les missions du réserviste

Le réserviste doit apporter un renfort temporaire aux forces armées en particulier pour la protection du territoire national (Sentinelle, Vigipirate) et dans le cadre des opérations conduites à l’extérieur. Ils participent au service quotidien des unités (patrouille de surveillance, dispositifs de recherche, missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance...)  et vient secourir des populations sinistrées lors de catastrophes naturelles, accidentelles ou provoquées. Il a aussi un rôle d'expert dans des domaines où l’armée connaît des besoins ponctuels.

Sur le terrain l'engagement est le même. "Aujourd'hui on a aucune différence entre un active et un réserve, selon son grade ou sa fonction. Cette semaine je suis directeur de l'exercice, je commande le groupement tactique, j'ai 350 personnels sous mes ordres, c'est moi le chef au même titre que si c'était un lieutenant colonel d'active", assure Jean-Yves, Lieutenant-Colonel de réserve.
Interview Jean-Yves Lieutenant Colonel de réserve

Une formation précise

La réserve militaire s’inscrit dans un parcours continu, que tout citoyen peut envisager, et qui débute avec l’enseignement de défense, se poursuit avec la participation au recensement et à la journée défense citoyenneté pour se concrétiser par un éventuel engagement à servir dans la réserve. La formation et l’entraînement varient selon la branche que l’on choisit (Marine, Armée de l'air, Armée de terre...).

Aujourd’hui, les volontaires issus de la société civile, qui souhaitent s’engager comme officier débutent par une formation initiale du réserviste nouvelle génération.

Un entrainement intensif et régulier qui implique, après la formation de base, l'engagement total du réserviste."On apprend des choses toute l'année il faut les mettre en application", assure Maxime, Première classe de Réserve, avant d'ajouter "on est entrainé pour réagir le mieux possible"
Intreview Maxime Première classe de Réserve

Un engagement à la charnière de la société civile et des armées

La réserve militaire est composée de citoyens volontaires, issus du monde civil ou militaire. En souscrivant un Engagement à Servir dans la Réserve (ESR), les réservistes, quel que soit leur statut (salarié, agent de la fonction publique, profession libérale, travailleur indépendant...), matérialisent leur participation à la défense du pays. Relais vers la société civile, les réservistes transmettent une culture de défense et de sécurité. Cet "esprit de défense" permet de préparer la Nation à l’éventualité d’une crise grave, bouleversant la vie quotidienne des citoyens (tremblements de terre, inondations, actes terroristes, conflits...).

La réserve militaire est constituée de deux branches : la réserve opérationnelle et la réserve citoyenne. Dans le cadre de la réserve opérationnelle, le réserviste peut s’engager dans la gendarmerie, l'armée de terre, l'armée de l'air et la marine. La réserve citoyenne est constituée, quant à elle, de bénévoles, sans condition d’âge, dont le rôle est de communiquer et de sensibiliser le public aux sujets proches de la défense nationale.

Engagé pour une durée de 1  à 5 ans, renouvelable, le réserviste peut assurer les mêmes missions que les militaires d'active. Par ailleurs, s'il est volontaire, il peut participer aux opérations extérieures.

Cet engagement permet de tenir un poste prenant en compte les compétences de l’emploi civil ou les fonctions auxquelles on aspire sans corrélation directe avec sa profession, et que seule la réserve peut proposer.
 

Sur le même sujet