PSA: Production arrêtée à Aulnay depuis midi. Poissy menacée de 700 suppressions de postes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christian Meyze .

La "ligne de production ne tourne pas depuis environ 11H00" du matin à l'usine PSA Peugeot Citroën d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) dont la fermeture est annoncée pour 2014, a indiqué vendredi 13 juillet 2012 la direction du site.

Alors que la CGT a affirmé qu'un "débrayage" des ouvriers est à l'origine de cet arrêt, la direction a assuré de son côté qu'"il ne s'agit pas d'un débrayage",
ajoutant que "certaines personnes sont encore extrêmement choquées, nous ne souhaitons pas les forcer à travailler" ce vendredi. La direction précise qu'elle "ne s'est pas fixé d'objectif de production aujourd'hui", "ce n'est pas la priorité". 

Dans le même temps, les salariés apprenaient que PSA envisage de supprimer 700 postes sur le site de Poissy (Yvelines), sur les 8.000 suppressions prévues en France.Lors du comité d'entreprise vendredi matin, la direction a remis aux représentants du personnel un dossier de consultation, qui sera discuté le 26 juillet lors d'un nouveau CE.
"A Poissy, ce sont 700 personnes à qui on proposera un départ volontaire", a déclaré un porte-parole de la direction, ajoutant que le site yvelinois "mettra
tout en oeuvre pour accueillir les salariés d'Aulnay qui en feraient la demande".
Le groupe, qui a annoncé jeudi la suppression de 8.000 postes en France et l'arrêt de la production en 2014 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis),
prévoit de reclasser 1.500 salariés d'Aulnay sur le site de Poissy, qui va monter, en puissance. Mais cela signifie pour les salariés d'accepter de déménager à une cinquantaine de kilomètres d'Aulnay.

Le secrétaire général de la CGT de PSA Poissy, Farid Borsali, a estimé que la réunion de vendredi matin avait été "décevante". "Nous n'avons eu aucune précision". "Les 1.400 intérimaires de Poissy risquent de se retrouver à la porte", a alerté M. Borsali.
Le site de Poissy, qui produit des DS3, des C3 et des 208, compte actuellement 7.000 salariés, dont environ 1.300 intérimaires, selon la direction.

Enfin la Confédération Générale des PME (CGPME) de Seine-Saint-Denis a estimé que La fermeture de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois, annoncée pour 2014, menace indirectement "plus de 7.000 emplois dans les services et le commerce" en Seine-Saint-Denis. La disparition programmée de l'usine est "extrêmement inquiétante pour la filière automobile mais également pour le commerce et les services dans le département", s'inquiète l'organisme patronal.
La CGPME 93 "appelle les pouvoirs publics à ne pas négliger les sous-traitants dans les mesures d'accompagnements qui seront mises en place" et indique qu'elle "se mobilisera pour accompagner les efforts de ré-industrialisation du site d'Aulnay évoqués".
 
 
 
 
 
 
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité