• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Napoléon : des Russes en route vers Paris

Mark Schneider joue le rôle de Napoleon Bonaparte à Slavkov (Austerlitz) le 11 Août 2012, pendant les festivités du bicentenaire de l'échec de la campagne de Napoléon Ier en Russie. / © RADEK MICA / AFP
Mark Schneider joue le rôle de Napoleon Bonaparte à Slavkov (Austerlitz) le 11 Août 2012, pendant les festivités du bicentenaire de l'échec de la campagne de Napoléon Ier en Russie. / © RADEK MICA / AFP

Une vingtaine de cosaques russes sont partis de Moscou à cheval en direction de Fontainebleau près de Paris. Un voyage de plus de 2.500 kilomètres sur les traces de leurs ancêtres qui avaient poursuivi Napoléon Ier en 1812 après sa campagne en Russie.

Par Olivier Couvreur, avec AFP

Il sont partis pour une marche à cheval de plus de 2500 km ! Vingt-trois cosaques russes participent à un voyage sur les trace de leurs ancêtres et s'apprêtent à traverser six pays : la Russie, le Bélarus, la Pologne, la Lituanie, l'Allemagne et la France. L'événement a été organisé dans le cadre des festivités du bicentenaire de l'échec de la campagne de Napoléon Ier en Russie, marquée par la bataille de Borodino (bataille de la Moskova) le 7 septembre 1812.
Partis de Moscou, du mont Poklonnaïa qui abrite le parc de la Victoire, les cosaques devraient arriver à la mi-octobre à Fontainebleau, près de Paris, où Napoléon Ier avait abdiqué en 1814.

Une marche pour la paix

"C'est une marche pour la paix, une marche à la mémoire de tous ceux qui sont tombés au combat durant la guerre" entre 1812 et 1814, explique l'homme qui a eu l'idée d'organiser cette marche, Pavel Mochtchalkov. "Pendant la marche, on va déposer des fleurs sur la tombe des combattants russes, mais aussi des Français et des Polonais".

Quelques mois avant la bataille de Borodino de septembre 1812, l'empereur français avait lancé l'invasion de la Russie tsariste. Il était entré dans Moscou en septembre, mais le tsar Alexandre Ier n'avait pas capitulé. En octobre, Napoléon fut contraint à une catastrophique retraite de Russie. Harcelée par les troupes russes, notamment son bataillon de cosaques, des aventuriers épris de liberté au service du tsar, et minée par le froid, la Grande Armée commandée par Napoléon fut vaincue en novembre lors de la traversée de la rivière Bérézina.

Sur le même sujet

Un aveugle agressé par un automobilste

Les + Lus