Cet article date de plus de 8 ans

La psychothérapeute étranglée par un patient à Paris est décédée

C'est dans cet immeuble du 17e arrondissement de Paris qu'une psychiatre a été étranglée par un de ses patients.
C'est dans cet immeuble du 17e arrondissement de Paris qu'une psychiatre a été étranglée par un de ses patients. © France 3 IDF
    La psychothérapeute violée et étranglée mercredi 29 août, dans son cabinet privé à Paris(17ème) par l'un de ses patients, placé depuis en hôpital psychiatrique, est décédée samedi, sans avoir repris connaissance.
    Suite à ce crime particulièrement rare dans le cadre d'une thérapie en ville, une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris pour "homicide volontaire sur professionnel de santé" et "séquestration liée à un crime", la psychothérapeute ayant été victime d'un viol avant d'être assassinée.
    L'agresseur présumé, qui avait été interpellé sur place mercredi, a fait l'objet d'une hospitalisation d'office vendredi en raison de son état psychiatrique.
 Il doit faire l'objet d'une expertise psychiatrique. Le juge d'instruction désigné pour conduire l'enquête a délivré samedi un mandat d'amener à l'encontre du suspect, et ce afin de s'assurer qu'il n'échappera pas à la justice si l'expertise l'estime à même d'être entendu.
    La psychothérapeute avait été retrouvée mercredi avec des traces de strangulation sur le cou par son fils qui, habitant sur les lieux, avait entendu des bruits suspects. Ce dernier était parvenu à intercepter un patient quittant le cabinet, situé non loin de la place de Clichy dans le XVIIe arrondissement,
et à prévenir la police.
    La victime, qui avait perdu connaissance quelques minutes après l'agression, avait été hospitalisée. Elle se trouvait depuis l'agression dans un état extrêmement critique. Elle est décédée samedi en fin d'après-midi.
    L'agresseur présumé avait été placé en garde à vue dans les locaux du 1er district de police judiciaire avant de faire l'objet d'une hospitalisation d'office.
    Selon deux concierges présentes dans la rue au moment des faits et ne souhaitant pas être citées, le fils et le patient se sont battus dans la rue, à une trentaine de mètres de l'immeuble où la victime avait son cabinet. La police a ensuite arrêté le patient, "un jeune homme brun d'une vingtaine d'années".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers société