• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Cimetière de Pantin : les voleurs de dents en or mis en examen

© GOOGLE STREET VIEW
© GOOGLE STREET VIEW

Les quatres personnes, dont 3 fossoyeurs, interpellées lundi dans une enquête de vols de dents en or sur des cadavres au cimetière de Pantin (Seine-Saint-Denis), ont été mises en examen mercredi soir et placées sous contrôle judiciaire.

Par Olivier Couvreur, avec AFP

Des vols macabres. Mis en examen, ce mercredi soir, pour "vols aggravés en réunion", "violation de sépulture" et "atteinte à l'intégrité d'un cadavre", les quatre voleurs présumés, âgés de 27 à 56 ans, sont soupçonnés d'avoir volé des bijoux et des dents en or sur plusieurs cadavres au cimetière de Pantin. Interpellés lundi et placés en garde à vue, ils ont été laissé en liberté sous contrôle judiciaires, après décision du juge des liberté et de la détention, contre l'avis du parquet, qui avait requis leur placement sous mandat de dépôt. 
 

Plusieurs dizaines de tombes "visitées"


 

Parmi les quatre suspects, trois fossoyeurs étaient employés par le service des cimetières de la Ville de Paris. Selon une source proche du dossier, ils repéraient les tombes les plus récentes, puis venaient la nuit récupérer des biens de valeur sur les cadavres. Plusieurs dizaines de tombes auraient été "visitées" au cours des derniers mois.

Les deux premiers suspects avaient été interpellés dans la nuit de dimanche à lundi par des policiers qui patrouillaient aux abords du cimetière, situé en Seine-Saint-Denis, mais dépendant de la Ville de Paris. Au moment de leur interpellation, ils portaient des gants et des lampes frontales et avaient les chaussures couvertes de terre fraîche. L'un d'eux, un fossoyeur âgé de 30 ans, avait en sa possession une dizaine de dents en or. Les deux autres suspects avaient été placés en garde à vue dans la foulée. 

Une enquête administrative a été ouverte par la mairie de Paris, et les voleurs présumés suspendus de leurs fonctions.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Sylvie Zaidman, directrice du musée de la Libération - musée du général Leclerc - musée Jean Moulin

Les + Lus