Travail dominical: Bricorama échappe à l'amende de 37 millions d'euros réclamée par FO

Le tribunal de grande instance de Pontoise a débouté lundi le syndicat FO, qui réclamait près de 37 M d'euros à Bricorama pour n'avoir pas respecté une décision de justice lui ordonnant de ne pas ouvrir le dimanche.

Le juge de l'exécution du tribunal a décidé de ne pas condamner l'enseigne de bricolage pour vice de forme, estimant que le syndicat Force Ouvrière  n'avait pas apporté "la preuve objective" que les magasins incriminés "étaient effectivement ouverts malgré l'interdiction judiciaire", selon le jugement dont l'AFP a obtenu copie.

Le tribunal a pointé l'absence de "constat d'huissier" ou bien de "ticket de caisse" permettant de prouver "la violation alléguée de l'ouverture dominicale".

Force ouvrière réclamait quelque 37 millions d'euros d'amende à Bricorama, l'enseigne de bricolage n'ayant pas respecté une interdiction d'ouverture le dimanche prononcée en janvier par le tribunal correctionnel de Pontoise.

Cette somme correspondait au nombre d'infractions constatées dans les 32 magasins du groupe en Ile-de-France durant 43 dimanches, entre janvier et octobre 2012.

"Le tribunal a décidé de suivre notre argumentaire. C'est une bonne décision", a réagi auprès de l'AFP Me Frédéric Naquet, avocat de l'enseigne de bricolage.

Bricorama avait été condamnée en janvier à ne plus ouvrir le dimanche, à la demande du syndicat et au nom du respect du repos dominical, sous peine d'une astreinte de 30.000 euros par établissement et par dimanche ouvert.

Cette décision -- censée être exécutoire -- avait été bravée par l'enseigne de bricolage, qui avait maintenu ses ouvertures dominicales après avoir fait appel.

Force ouvrière avait alors demandé la liquidation de l'astreinte, qui s'élevait en juin à 18 millions d'euros. Mais le juge de l'exécution avait décidé de surseoir à statuer, dans l'attente de la décision de la cour d'appel de Versailles.

Fin octobre, la cour a confirmé le jugement de janvier, poussant l'enseigne à finalement accepter de fermer ses magasins le dimanche. Mais du fait du temps écoulé depuis juin, le montant de l'amende susceptible d'être payée par le groupe était passé de 18 à 37 millions d'euros.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité