#LaManifPourTous : les principales déclarations

Elles étaient nombreuses à battre le pavé parisiens, les personnalités (politiques ou non) de droite et d'extrême droite, mais pas que... En tous cas opposés au #MariagePourTous, voilà ce qu'ils ou elles ont dit...

Par OC, avec AFP

Découvrez les principales déclarations de personnalités durant ou en marge de la manifestation parisienne contre le mariage homosexuel, ce dimanche 13 janvier 2013 :

- Frigide Barjot, principale porte-parole du collectif "La manif pour tous", au départ d'un des cortèges, place Denfert-Rochereau:
"La manif sera réussie quand le président nous recevra. Il faut qu'il nous entende, qu'il suspende le projet de loi et ouvre des états généraux pour informer les Français du changement historique sur la filiation".

- Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, sur Canal+
"Il y a sans doute moins de manifestants dans la rue que ne l'espéraient les organisateurs".

- Mgr Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, dans le cortège:
"La manif, c'est une autre manière de s'exprimer, un peu plus rude mais démocratique (...) Ce parlement a décidé de changer le sens du mot mariage. C'est d'une grande violence pour le peuple que de changer le sens d'un mot".

- Mgr André Vingt-Trois, archevêque de Paris, venu soutenir les manifestants:
"J'attends des hommes politiques et des femmes politiques qu'ils fassent travailler leur imagination pour mettre au point des formules qui satisfassent le règlement des situations difficiles sans pour autant transformer le mariage".

- Jean-Christophe Cambadélis, député PS de Paris, au Forum Radio J:
"Je crois que Mgr André Vingt-Trois mène un combat douteux contre l'amour".

- Xavier Bongibault, un des porte-parole de la "Manif pour tous", sur BFMTV:
"Dire que tous les homos ont pour seul instinct sexuel leur orientation sexuelle, c'est la ligne qui était défendue par un homme que l'Allemagne a bien connu à partir de 1933 et c'est la ligne que François Hollande défend aujourd'hui".
Cette comparaison polémique du Chef de l'Etat avec Adolf Hitler "n'a pas lieu d'être", a réagi Frigide Barjot.

- Jean-François Copé, président de l'UMP, au départ de la manifestation.
"Ca a valeur de test pour François Hollande (...) Les Français ne savent pas que les conséquences premières de cette réforme sera de rayer d'un trait de plume dans le code civil la référence au père et à la mère".

- Henri Guaino, député UMP, dans la manifestation :
"Moi je suis dans la rue aujourd'hui pour que la parole soit donnée au peuple (...) J'en attends que le président de la République comprenne que ce projet doit être soumis à référendum, il ne peut pas être adopté par le Parlement".

- Marine Le Pen, président du Front national, à Laboutarié (Tarn):
"Moi j'ai voulu que mon absence soit symbolique (...) C'est le rôle d'un responsable politique que d'avoir le courage et la lucidité d'expliquer aux Français les pièges dans lesquels on cherche à les faire tomber et d'attirer leur attention sur la tentative de diversion que représente aujourd'hui le débat sur le mariage homosexuel".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus