• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

L'agenda culturel du week-end

Des idées de sorties pour ce week-end avec l'agenda culturel de Jean-Laurent Serra

Par Christian Meyze

   - « Soy de Cuba » au Casino de Paris du 22 au 24 mars

Non, Cuba ne s’est pas arrêté de vivre il y a 50 ans. Si vous êtes fan de l’esprit « Buena Vista Social Club » légendaire et excellent groupe de musique cubaine, vous risquez d’être surpris par « Soy de Cuba » (traduisez  « je suis de Cuba ») car ce spectacle propose un autre regard sur la culture cubaine. Constituée par une nouvelle génération d’artistes bien décidée à lutter contre les clichés culturels, la troupe fusionne allègrement les musiques et les rythmes traditionnels avec des saveurs d’aujourd’hui. Ainsi la célèbre Salsa qui est un style aussi large que le rock ou le jazz, se mélange à des musiques plus populaires comme le chachacha, le mambo, el song ou encore la rumba. Soy de Cuba est le reflet d’une jeunesse et d’une population qui depuis toujours utilise la danse et la musique comme exutoire aux difficultés de la vie et à la rudesse du quotidien.
L’histoire du spectacle raconte en substance, les aventures d’une jeune et jolie fille de la campagne cubaine qui rencontre les joies de la ville et l’amour de sa vie en découvrant cette belle endormie qu’est la Havane, la capitale de Cuba.


Voir un extrait du spectacle :

DMCloud:50485
Soy Cuba

   - « Kellylee Evans » le 27 mars au Café de la Danse à Paris et le 29 mars à Vernouillet (78)

Considérée comme l’une des plus belles voix de sa génération, la chanteuse originaire de Toronto au Canada, revient en France avec l’espoir et l'envie non dissimulée de séduire le public parisien. Car c’est en partie dans le métro de la capitale, que Kellylee Evans a vu naître l’inspiration et le fil de ces petites histoires qui allaient devenir ensuite des chansons. Le métro et ses millions de voyageurs sont en effet autant de profils que la chanteuse a ensuite connectés avec les titres qui ont marqué la musique urbaine des année 2000. Son quatrième album « I Remember When » (Universal Jazz), fait en effet référence au rappeur Eminem ou encore à Kanye West en passant par le français Stromae. Le résultat est un savant mélange de jazz, de hip hop, de soul et surtout de groove. Le mercredi 27 mars au Café de la Danse à Paris et le 29 à Vernouillet dans les Yvelines, Kellylee séduira le public avec sa voix limpide et son sens inné du groove. Elle reviendra ensuite dans la région au mois de juin pour le festival de musique de Samois.

   - « Les Femmes s’en mêlent »  jusqu’au 29 mars à Paris.

Porté avec passion et curiosité, le festival « Les femmes s’en mêlent » dont le nom évoque sans détour un certain activisme, célèbre une nouvelle fois la scène musicale féminine indépendante avec succès. En 1997, pour sa 1ère édition, le festival se contentait d’une journée, l’évènement s’étend désormais du 18 au 31 mars avec, en plus, une grande virée en province. Reflet d’une scène féminine de plus en plus accomplie, riche et variée, il s’est développé au fil des années pour devenir une vraie référence culturelle internationale et un rendez vous unique dans son genre en Europe. En voici le programme :

MARDI 19 MARS& MERCREDI 20 MARS, Molly Nilsson. INSTITUT SUEDOIS
MERCREDI 20 MARS, The History of Apple Pie, Tiger Bell et Novella. POINT EPHEMERE
JEUDI 21 MARS, Alela Diane et Tiny Ruins. LA CIGALE
LUNDI 25 MARS, Mesparrow, Peau et Perrine en Morceaux. LE DIVAN DU MONDE
MARDI 26 MARS, Kaki King , The Luyas et Liesa Van der Aa. LE DIVAN DU MONDE
MERCREDI 27 MARS, Talk Normal, Teen et Molly Gene one Whoaman band. LE DIVAN DU MONDE
JEUDI 28 MARS VENDREDI 29 MARS, Kyrie Kristmanson & Quatuor Voce. THEATRE DE LA CITE INTERNATIONALE
VENDREDI 29 MARS, Kid A, Go Chic, Camilla Sparksss, Karin Park et Phoebe Jean and the Air force. LA MACHINE DU MOULIN ROUGE


   - « Casanova, Requiem for Love » jusqu’au 7 avril au Théâtre de l’Epée de Bois. Paris 12ème

Présenté en juillet 2010 au Festival d’Avignon, ce spectacle suscita une belle euphorie du public. Conçue comme une véritable confession, cette adaptation du célèbre et mythique séducteur de la littérature Giacomo Casanova raconte les souffrances d’un homme qui, au soir de sa vie, invoque les sensations vécues de ces aventures. Pour mettre en scène ce voyage initiatique vers l’amour éternel, Diana Dobreva qui est une star en Bulgarie, utilise ses ingrédients préférés. Un théâtre à l’univers singulier qui bouscule les conventions et engage le spectateur dans un processus d’introspection qui peut bouleverser sa perception de la réalité.  Guidé par ses sens et les plaisirs, Casanova nous entraîne dans l’abime des passions infernales. Ce spectacle, plutôt réservé aux adultes, met à nu autant les idées reçues que certaines de ses comédiennes. Ce n’est heureusement que pour le plaisir du beau et la passion de la poésie. 

Sur le même sujet

Une nouvelle oeuvre de Jeff Koons à Paris

Les + Lus