PSG: des nouvelles règles très strictes pour les abonnés

Montpellier-PSG, première journée de Ligue 1 2013 / © Boris Horvat@AFP
Montpellier-PSG, première journée de Ligue 1 2013 / © Boris Horvat@AFP

Interdiction de fumer, interdiction de se lever, interdiction de filmer le match avec son téléphone, les nouveaux abonnés s'engagent à signer une charte particulièrement restrictive. Les rapports déjà tendus entre les supporters historiques et les nouveaux dirigeants ne risquent pas de s'améliorer.

Par Frédéric Askienazy

Grâce à ses stars (Cavani, Ibfrahimovic)  et une politique de marketing très agressive, le PSG a franchi la barre des 31.000 abonnés. Un grand succés pour les dirigeants puisque l'an dernier à la même époque.
En deux ans, le club a changé de dimension et le prix des abonnements au Parc a connu une sérieuse augmentation, de 11 à 30 %. Le plus accessible se vend 360 euros pour la prochaine saison, et le plus cher 2700 euros

La grogne des supporters historiques

Reste que ce changement n'est pas du goût de tous les supporters, et les "historiques" ne se reconnaissent plus dans ce club, comme l'ont montré les violents affrontements lors de la célébration du titre de champion, au trocadéro, en juin dernier .Déja le placement aléatoire, afin d'éviter les regroupements a eu du mal a passer, même si force est de reconnaitre que cela a contribué à faire baisser la violence, les bagarres, ou les salut nazis au sein du stade.
Mais le nouveau réglement que les abonnés sont obligés de signer fait encore grincer quelques dents.
Au milieu de règles de bon sens comme, "l'interdiction de causer des dégradations ou de se livrer à des bousculades"  le nouveau réglement stipule qu'il l est interdit «de gêner les autres spectateurs notamment en se tenant debout dans les tribunes équipées de sièges» ou «de fumer en tribune".
Rien de fondamentalement nouveau en verité, si ce n'est l'obligation de signer le réglement, ce qui n'était pas le cas auparavant. Et la levée de boucliers est surtout symptomatique de la relation de plus en plus tendue, entre les dirigeants qataris et les supporters historiques qui se sentent de moins en moins desirés.
Ces règles pas forcément faciles à faire respecter ( celle de se lever au moment de certaines actions, ou celle d'empêcher de filmer notamment)  montrent surtout la volonté, de faire venir un nouveau public, plus familial,qui viendrait au stade comme on va au spectacle.Un peu à l'image de ce qu'a fait le football Anglais pour se débarraser des hooligans. Avec succès d'ailleurs. Mais avec des abonnements à parfois 3000 euros, le football reste-il un sport populaire ?

Sur le même sujet

Les + Lus