Christian Saint-Etienne : “Ce qui se passe à l'UMP change la donne pour Paris”

© Martin Bureau / AFP
© Martin Bureau / AFP

Christian Saint-Etienne est le chef de file de l'UDI pour les municipales à Paris. Il souhaite des listes d'union avec le MoDem dans les 20 arrondissements. Et il se réjouit que Jean-Louis Borloo ait infléchi sa stratégie pour la capitale le week-end dernier lors de universités d'été de Poitiers.

Par Daic Audouit

Vers une union du MoDem et de l'UDI à Paris pour les municipales. La perspective prend chaque jour plus de poids. "Ca va se faire", répond Christian Saint-Etienne pour France3 Paris en echo à l'interview de Marielle de Sarnez publiée par le JDD dimanche. Un principe qui devrait être validé dans le courant du mois d'octobre. Il faudra après constituer les listes et s'accorder sur un rapport d'équilibre, Marielle de Sarnez mettant en avant sa notoriété et l'UDI la force militante de ses troupes.

Rassurez-les sceptiques, ça va vraiment se faire l'union du centre à Paris ?

Christian Saint-Etienne : "Ca va se faire pour deux raisons. La première est fondamentale. Nous faisons face à l'échec de l'UMP. En 2002, elle s'est construite sur le mensonge qu'un seul parti pouvait représenter la droite et le centre. La deuxième raison est d'actualité. Il y a maintenant une dérive de l'UMP qui est complètement balkanisée. On peut craindre qu'elle n'ait plus la capacité de présenter une alternative crédible au PS. C'est pour cela que nous aurons un offre de l'ensemble des centres à Paris au mois de mars.

Quelles sont les conditions d'une alliance avec le MoDem ?

Christian Saint-Etienne:
 "La première condition est que le MoDem rejette toute alliance avec Madame Hidalgo et le PS. Que ce soit extrêmement clair, car les électeurs se souviennent des ambiguités passées ainsi que de l'appel à voter Hollande en 2012. La seconde condition est que, si on y va pour représenter ce courant fort, cette droite progressiste, on ne peut y aller que dans les 20 arrondissements. Il faut que nous ayons une campagne totale sur Paris.

Ce n'était pourtant pas la position de Jean-Louis Borloo, il y a encore dix jours ?

Christian Saint-Etienne :
"Jean-Louis Borloo a changé. A Poitiers, il a dit que l'UMP était morte. Ce sont des mots d'une violence grande. On peut supposer que c'est un changement de stratégie. A l'UDI Paris, nous anticipions d'une certaine façon ce changement stratégique (sourire). Je m'en réjouis. Quand j'ai entendu Jean-Louis Borloo à Poitiers, j'aurais cru réver et entendre ce que je souhaitais qu'il dise. Ce qui se passe à l'UMP change vraiment la donne, par rapport à cet héritage radical et démocrate chrétien. Le message de la France, c'est un message d'ouverture, et c'est celui que nous allons porter aux municipales à Paris"

Sur le même sujet

Les + Lus