"Moi, maire de Paris", Charles Beigbeder se lance à son tour dans l'anaphore politique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Daic Audouit .

Mardi 18 mars, Charles Beigbeder organisait une réunion publique dans une boite de nuit des Champs-Elysées. Il présente des listes dans 14arrondissements. Que peut-il attendre des résultats du premier tour ? Il décline ses espérances sous forme d'anaphore.

Ringarde ou toujours tendance ?



L'anaphore semble être devenue une figure imposée du discours politique. Si tu n'as fait de litanie à une tribune ou sur un plateau télé, c'est que tu as raté ta vie politique. (so 2012 aussi cette métaphore). A cinquante ans, Charles Beigbeder veut entrer dans la cour des grands à l'occasion des municipales à Paris et y va de son anaphore. "Moi maire de Paris", décline-t-il dans une envolée lyrique, un peu contrariée du fait qu'il lise son texte.



durée de la vidéo: 00 min 20
Pourtant, Charles Beigbeder a construit toute sa campagne sur le fait de n'être pas un professionnel de la politique. Et pour ce dernier grand rendez-vous de campagne, il investit le Club 79, boîte de nuit des Champs-Elysées, dans le 8 ème, arrondissement où il se présente. La lumière des boules à facette strie de rouge le visage du candidat quand il répète son discours. Mais ses équipes prennent soin d'enlever les grands anneaux sur les cotés de la tribune, dont on suppose qu'ils doivent servir à des numéros de lap-dance un peu hot. Il faut toujours se méfier des arrières-plans.



Une réunion conçue comme un "anti-meeting", un contre-exemple de ce que pourraient faire des politiques professionnels. . 



Debout un verre à la main (mais pas de champagne), ou sagement assis sur les banquettes de cette boîte célèbre à une époque pour ses thés dansants et ses gigolos, ses co-listiers et une poignée de militants écoutent le leader des listes "Paris Libéré". Les filles de Charles Beigbeder, blondes et souriantes offrent les cacahouètes et les olives. On est en famille.



"On ne va pas peut-être pas gagner mais on va bien les bousculer", résume un candidat du 19 ème arrondissement à la tribune. Une vision fidèle de l'état d'esprit des compagnons de la libération de Charles Beigbeder



Car il est difficile d'estimer le score global des listes "Paris Libéré" sur l'ensemble de Paris. "Tout dépendra du taux de participation et de l'intensité du ras le bol des parisiens pour les institutions politiques traditionelles. Si le discours société civile peut marquer des points, à ce moment là, "Paris Libéré" peut arriver en tête dans plusieurs arrondissements", promet Charles Beigbeder.



Un rêve ambitieux qu'on mettra sur le compte de l'adrénaline et l'euphorie d'une fin de campagne. Mais il va scruter attentivement son score dans 4 arrondissements: le 15 et le 17 ème, mais surtout dans le 16 ème et le 8 ème. Ce sont des arrondissements ancrés à droite où il espère faire plus de 10% et pouvoir se maintenir au second tour. Et ne pas dépendre de négociation avec NKM.





ET dans le 8 ème, où il se présente, il espére réaliser un score à deux chiffres. "Est-ce-que ce sera à un 1 ou à 2 chiffres, c'est la question", affirme-t-il. Il espère pouvoir talonner la liste UMP-MoDem-UDI et fédérer autour de lui les anti Lebel-Lellouch pour être élu maire d'arrondissement.



Histoire de travailler un peu plus l'anaphore dans ses futurs discours officiels. 
durée de la vidéo: 01 min 42






Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité