Plusieurs milliers de retraités manifestent pour un meilleur pouvoir d'achat

© Martin Bureau/AFP Photos
© Martin Bureau/AFP Photos

Plusieurs milliers de personnes, ont manifesté mardi 3 juin, à Paris pour réclamer une augmentation du pouvoir d'achat des retraités et une meilleure prise en charge de leur perte d'autonomie.

Par Christian Meyze

Environ 20.000 personnes selon les syndicats,  9.000 selon la police ont participé au défilé sous un ciel menaçant, à l'appel de neuf organisations, dont les syndicats de retraités CGT, CFTC, CFE-CGC, FSU, FO, Solidaires, et trois associations. Sur la banderole de tête du cortège, parti en début d'après-midi de la place Joffre (7e arrondissement) jusqu'à Montparnasse (14e), était inscrit: "Les retraités disent non au plan d'austérité".

C'est bien évidemment le gel des retraites mis en place par le gouvernement qui avait provoqué la mobilisation d'une population que l'on voit rarement descendre dans la rue

Le gel des pensions, annoncé dans le cadre du plan d'économies en avril, "est inacceptable", pour Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, présente à la manifestation: "Nous voulons dire que les retraités ne sont pas des privilégiés". "La retraite, ajoute-t-elle, c'est le fruit d'un travail pas un luxe, nous demandons au gouvernement de mettre fin au gel des pensions et de mettre en place des mesures qui permettent aux retraités de vivre dignement".

Pour François Thiery-Cherrier, secrétaire général CGT retraités, "cette manifestation est la plus importante depuis une dizaine d'années". La présentation du projet de loi sur le vieillissement en conseil des ministres ce mardi 3 juin, représente selon lui un "premier effet de la mobilisation".

Ce texte, centré sur une amélioration des aides financières permettant de rester le plus longtemps possible à domicile, avait été dévoilé le 12 février par le précédent Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Ses mesures, centrées sur une revalorisation de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) à domicile et l'adaptation des politiques de logement, transport et urbanisme, doivent être financées par les 645 millions d'euros par an provenant d'une taxe sur les pensions des retraités imposables (la Casa).

Sur le même sujet

Les + Lus