La police resserre l'étau sur les cercles de jeux parisiens

Les pouvoirs publics semblent vouloir nettoyer et moraliser le petit monde des cercles de jeux parisiens. Depuis quelques mois, les descentes de police et les gardes à vue se multiplient. La dernière en date a eu lieu mardi 14 octobre

© Olivier Laban-Mattei/AFP Photos
La police a fait mardi 14 octobre, une descente dans un club de poker parisien où une dizaine de personnes ont été placées en garde à vue pour un possible blanchiment d'argent.

Cette fois, il s'agit du cercle Cadet, spécialisé dans les tournois de poker et employant une centaine de personnes, dans la rue du même nom du neuvième arrondissement de Paris. Comme chaque fois, des policiers par dizaines, des clients médusés, des perquisitions en série: mardi 14 octobre, tôt le matin, les policiers des Courses et jeux de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) ont effectué une descente dans ce cercle de jeux parisien, un mois après celle visant le prestigieux et plus important d'entre eux, l'Aviation club de France (ACF), sur les Champs-Elysées.

Les policiers agissent dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en juillet 2013 pour extorsion en bande organisée, abus de confiance, association de malfaiteurs et blanchiment en bande organisée.
Les policiers soupçonnent le dirigeant du cercle, qui possède des brasseries dans la capitale et à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), d'avoir blanchi de l'argent et effectué des "montages financiers audacieux" entre le "Cadet" et ses restaurants. Il aurait notamment, dit-on, investi dans l'immobilier au Maroc.

Selon des enquêteurs, cette nouvelle affaire s'inscrit dans le "grand ménage" que le gouvernement veut mener dans ce milieu, profitant des affaires qui se succèdent à un rythme soutenu depuis plusieurs années, avec, en toile de fond, presque toujours le milieu Corse et le grand banditisme. Les cercles de jeu attirent les voyous car ils brassent des montagnes d'argent liquide et sont soumis à une législation souple et ancienne. En 1947 les cercles ont en effet été institués en association de type loi 1901 contrairement aux casinos, soumis eux à des règles très strictes. A but non lucratif, les cercles de jeux ont obligation de reverser une partie de leurs gains à des associations,humanitaires par exemple. Ce qui donne lieu à des "abus", vous diront tous les fins connaisseurs du milieu.

Depuis 2008, sept cercles - dont Concorde - ont été fermés sur les dix que comptait Paris. Ces affaires pourraient précipiter la publication d'un décret gouvernemental qui réformera "en profondeur" le statut des cercles pour le caler sur le modèle des casinos.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers loisirs