Cet article date de plus de 5 ans

Pollution de l’air en Ile-de-France : c’est quoi une PM 10 ?

Les PM pour Particulate matter sont de fines particules en suspension portées par l’air. Depuis plusieurs années, les niveaux de PM10 -particules en suspension inférieures à 10 microns- ne respectent pas les valeurs réglementaires dans les villes. En fait à quoi ça ressemble une PM10 ?
Les sources de particules sont nombreuses : le trafic routier, le chauffage résidentiel dont le chauffage au bois, l’industrie et les épandages agricoles en sont les principales.
Les sources de particules sont nombreuses : le trafic routier, le chauffage résidentiel dont le chauffage au bois, l’industrie et les épandages agricoles en sont les principales.
Depuis plusieurs années, les niveaux de PM10 (particules en suspension inférieures à 10 microns) ne respectent pas les valeurs réglementaires européennes dans les villes. En 2010, la France, comme d’autres pays européens, a été saisie par l’Union Européenne.


Les sources de particules sont nombreuses : le trafic routier est responsable de 36% des emissions, le chauffage résidentiel dont le chauffage au bois (36%), l’industrie (22%) et l'agriculture (18%).

Mais en fait ça ressemble à quoi une particule PM10 ?


Les effets de la santé

Les PM10 sont des particules en suspension dans l'air, d'un diamètre inférieur à 10 micromètres. Elles sont dites « respirables » et peuvent pénétrer dans les bronches.

"Actuellement, les particules en suspension (ou matières particulaires) et l’ozone constituent un risque sanitaire grave dans de nombreuses villes des pays développés et en développement. On peut établir une relation quantitative entre le niveau de pollution et certains critères sanitaires (augmentation de la mortalité ou de la morbidité). On obtient ainsi des indications précieuses sur les progrès de la santé auxquels on peut s’attendre si l’on réduit la pollution de l’air". Air quality guidelines for Europe. Copenhague, Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Europe, 1987 (Publications régionales de l’OMS, Série européenne, N° 23)

Il existe des particules plus fines

Les PM2.5 ont un diamètre inférieur à 2,5 micromètres. Elles incluent les particules très fines et ultrafines et pénètrent dans les alvéoles pulmonaires. Pour les PM2,5, il n’y a pas de réglementation. L’Union européenne a fixé son objectif de qualité à 20μg/m3 en moyenne sur l’année. Le Grenelle de l’environnement souhaitait arriver à 15μg/m3. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande, elle, une valeur de 10 μg/m3.

Les PM1,0 dont le diamètre est inférieur à 1,0 micromètre, sont appelées « particules très fines » Les PM1,0 incluent les particules ultrafines et peuvent passer la barrière alvéolo-capillaire. Enfin dernière catégorie, les PM0,1 dont le diamètre est inférieur à 0,1 micromètre, appelées « particules ultrafines » ou « nanoparticules »

A noté les particules dont le diamètre est supérieur à 10 micromètres sont quant à elles retenues par les voies aériennes supérieures (nez, bouche).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement société transports économie réchauffement climatique