Arrêté pour avoir installé des caméras espion dans des toilettes du BHV

Après la découverte d'un dispositif d'espionnage dans les toilettes pour femmes d'un restaurant du BHV, la police est remontée jusqu'à un ingénieur de la société Thalès. Il a été arrêté mardi 4 avril après une perquisition dans les locaux de l’entreprise à Rungis

Au total, au moins 200 femmes et enfants auraient été victimes des agissements de cet homme exerçant la profession d'ingénieur au sein du groupe d'électronique Thalès. Il est soupçonné d'avoir installé des caméras miniatures dans les toilettes du restaurant Eataly au BHV, dans le 4e arrondissement.

Le suspect a été placé en garde à vue pour des faits d’atteinte à l’intimité de la vie privée par captation d’images à caractère sexuel rapportent nos confrères de France Info.

Une affaire similaire dans un Mac Donald's en 2020

La première alerte a été donnée le 8 février dernier par une femme étonnée de la présence de détecteurs dans les WC pour femmes. Les appareils en question contenaient en fait de minuscules caméras, comme l'ont constaté à l’époque les agents de la sécurité du grand magasin. Une plainte avait été déposée par cette femme ainsi que par le directeur adjoint de la sécurité du magasin.

Grâce à l'identification du réseau internet utilisé pour enregistrer les vidéos, l'ingénieur suspect a pu être identifié. Au cours de la perquisition sur son lieu de travail, les enquêteurs ont saisi du matériel d'enregistrement et une importante quantité d’images.

Thalès pourrait également porter plainte

Les enquêteurs cherchent désormais à déterminer si cette affaire peut être mise en lien avec un autre acte de voyeurisme du même type datant d’août 2020 : un dispositif d'enregistrement similaire avait été découvert dans les toilettes du McDonald's de Paris Montparnasse.

Le groupe Thalès a pour sa part réagi dans un communiqué : « Les allégations choquantes dont le groupe vient de prendre connaissance par voie de presse relèvent d’un comportement individuel de ce collaborateur, sans aucun lien avec les activités de l’entreprise ».  Il ajoute vouloir coopérer à l'enquête et « étudie la possibilité de porter plainte ».