Cet article date de plus de 4 ans

Bienvenue sur la ligne 13, l'"enfer" du métro parisien

La ligne 13 symbolise à elle seule la galère des transports parisiens. Les habitués de cette ligne, l'une des plus chargées du réseau, redoutent la promiscuité, la chaleur, les retards. Ils connaissent par cœur les annonces signalant une suspension temporaire du trafic.

Elle symbolise à elle seule la galère des transports parisiens, voire, à l'échelle du pays, le cauchemar quotidien des déplacements entre domicile et travail. Prononcer son nom, murmurer son chiffre porte-malheur, c'est déjà mettre un pied en enfer. Les habitués de la ligne 13 de la RATP, l'une des plus chargées du réseau, redoutent la promiscuité, la chaleur, les retards. Ils connaissent par cœur les annonces signalant une suspension temporaire du trafic, de l'« incident technique » à la « panne de signalisation » en passant par le « voyageur malade ».
Prononcer son nom, murmurer son chiffre porte-malheur, c'est déjà mettre un pied en enfer ! La ligne 13 est à elle seule le symbole de la galère des transports parisiens, voire du cauchemar quotidien des déplacements entre le domicile et le travail. Avec plus de 650.000 voyageurs par jour, il s'agit en effet de l'une des ligne les plus chargées du réseau RATP.

Et cette fréquentation ne cesse d'augmenter... De quoi transformer les rames de la ligne 13 en boîte de sardines, aux heures de pointe. Le taux de saturation de 126 % est en augmentation de 1 % chaque année. Le noeud gordien du trafic étant la partie nord de la ligne, jusqu'à Saint-Lazare.

Pas de pousseur, mais des "agents de régulation"

Pour tenter de remédier au problème de la saturation, la RATP a mis en place des agents de régulation, dans les stations sensibles. Rien à voir avec les pousseurs du métro de Tokyo, ils sont près d'une soixantaines d'agents à faciliter l'accès des voyageurs aux rames. Autre outil mis en place sur cette ligne, la plus longue du réseau, avec ses 24,3 kilomètres : les portes palières, sur une douzaine de stations. 
La ligne 13 du métro parisien, à la station place de Clichy, en pleine heure de pointe.
La ligne 13 du métro parisien, à la station place de Clichy, en pleine heure de pointe. © PHOTOPQR/LE PARISIEN/DELPHINE GOLDSZTEJN
Enfin, au poste de commandement de Châtillon, le contrôle de la ligne a été centralisé. Résultat : une meilleure régularité et une fréquence, entre chaque rame, raccourcie de 10 petites secondes. Ce qui n'a l'air de rien, mais qui permet de transporter plus de monde aux heures critiques.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports