Coronavirus : la privatisation d'ADP exclue "dans l'immédiat" annonce le gouvernement

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a indiqué mercredi que la question de la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) "ne saurait se poser dans l'immédiat compte-tenu des conditions" actuelle du marché dues à la crise du coronavirus.
© ERIC PIERMONT / AFP
Alors qu’il ne restait plus qu’un jour aux opposants à la privatisation d’ADP pour signer la demande de référendum d’initiative partagée (qui a recueilli plus d’un million de signatures), le Gouvernement via sa porte-parole Sibeth Ndiaye annonce que compte tenu des conditions de marché, l'État ne cèdera pas pour le moment d'actifs ADP. "Nous serions un bien mauvais gestionnaire si nous faisions le choix immédiat de céder nos actifs et nos participations dans ADP", a expliqué la porte-parole. La privatisation d'Aéroports de Paris est donc suspendue.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéroports de paris économie transports transports aériens