Coronavirus : à Sarcelles des cas de contamination supérieurs à la moyenne régionale

Une trentaine de nouveaux cas ont été détectés dans la ville du Val d’Oise. La mairie et l’ARS ont débuté une campagne de dépistage massive. La ville assure que des mesures vont être prises pour limiter les risques de contamination.
 
Quatre journées de dépistage sont organisées à Sarcelles
Quatre journées de dépistage sont organisées à Sarcelles © PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP

Si l’ARS exclut la formation d'un nouveau foyer épidémique, ce qui est certain c’est qu’à Sarcelles le Covid-19 circule toujours. Dans la commune du Val d’Oise les chiffres sur la contamination sont même six fois supérieurs à la moyenne francilienne. Ainsi dans la ville, le taux d’incidence (soit le nombre de nouveaux cas d'une pathologie observés pendant une période donnée) et le taux de positivité des tests sont plus élevés que dans le reste de la région. Ici 7,1% des tests de dépistage effectués se sont révélés positifs. Ce chiffre est de 1,9% en Ile-de-France. Autrement dit à Sarcelles il y a plus de personnes qui contractent le virus et la contamination est plus rapide.

Dépistage gratuit et sans rendez-vous

Face à ces données, l’Agence Régionale de Santé et la ville ont accru leurs efforts, en lançant cette semaine une vaste campagne de dépistage. Mercredi, 287 personnes ont été testés en une après-midi. Une nouvelle opération était organisée ce vendredi 19 juin, dans le quartier des Chardonnerettes.
Sans ordonnance, gratuitement et sans rendez-vous, les sarcelliens ont pu se faire tester. A compter de demain et jusqu’à mardi, des tentes itinérantes seront installées dans d’autres quartiers de la ville.


"On s’est aperçu que les personnes qui se faisaient tester jusqu’à présent dans les laboratoires, avaient une ordonnance de leur médecin. Elles étaient déjà encadrées et suivies. Avec ces opérations gratuites nous voulons toucher des personnes qui ont moins accès aux soins", explique l’ARS qui vise à tester plus et de manière aléatoire.

Singularité de cette campagne lancée à Sarcelles, les équipes soignantes pratiques deux tests distincts, celui du goupillon et le test sérologique de la goutte de sang pour savoir si le patient porte le marqueur du covid. "La question consiste à savoir si ce marqueur est présent depuis trois jours, quatre jours, auquel cas nous sommes dans la phase active de la maladie ou si ce sang, que les virologues appelle des débris qui font qu'on a encore la marque du virus mais la phase active, donc la phase de contagiosité est très antérieure", a détaillé Aurélien Rousseau, Directeur général de l'ARS Ile-de-France

 

durée de la vidéo: 01 min 56
Campagne de tests renforcée à Sarcelles après plusieurs cas de Covid-19 ©Tania Watine / France 3 PIDF

Remonter la chaîne de contamination


En cas de résultat positif, obtenu au bout de 24 à 48 heures, démarre une enquête sanitaire pour remonter la chaîne de contamination. Un travail méticuleux opéré par des brigades chargées de repérer l’ensemble des personnes ayant eu des contacts avec le patient atteint du covid. Ces tests effectués à plus grande échelle permettent de cartographier la circulation du virus en temps réel.

La commune n’est pas la seule à avoir organisée ces journées de dépistages gratuites. Plusieurs villes d’Ile-de-France ont installé des structures itinérantes avec l’ARS et les préfectures pour suivre l’évolution du Covid-19, afin d’anticiper une éventuelle nouvelle vague.

 

Pour l’heure l’ARS essaie de récolter un maximum d’informations pour comprendre pourquoi Sarcelles est toujours autant impacté par le Covid-19 : "on ne sait pas encore s’il y a un effet de traine, si c’est le hasard ou s’il y a un public au sein duquel le virus circulerait plus", évoque l’agence pour qui la situation est sous surveillance. D'après le maire de la ville, Patrick Haddad, les motifs seraient divers : les traditions communautaires ainsi que la densité de la ville. 

durée de la vidéo: 03 min 28
Le maire de Sarcelles, Patrick Haddad, explique les possibles causes de ces cas multiples ©Tania Watine / France 3 PIDF

Depuis le début du déconfinement, 88 foyers de contamination sont apparus en Ile-de-France.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société déconfinement