• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Essonne : prévention, répression... La sécurité en débat dans Dimanche en politique

Plus de moyens pour la prévention, des policiers mieux formés ou mieux protégés par la loi... Au chapitre de la sécurité, chaque candidat a ses propositions pour les législatives. Dans Dimanche en politique, cinq candidats de la 7ème circonscription de l'Essonne (Juvisy) dévoilent leurs idées.

Par France 3 Paris IDF/ET

Comment assurer la sécurité des citoyens, dans la ville, les quartiers ou les zones rurales ? Sur ce chapitre clé, souvent cité comme l'une des préoccupations des électeurs, chaque candidat défend ses propositions. Entre les défenseurs d'une plus grande fermeté, et les partisans de la prévention, les clivages sont saillants. Ainsi en est-il dans la 7ème circonscription de l'Essonne (Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge...), où douze candidats sont en lice pour les prochaines élections législatives.

Cinq d'entre eux étaient invités de Dimanche en politique, dimanche matin. Ils sont notamment revenus sur leurs propositions en matière de lutte contre l'insécurité.

# Une police mieux formée

C'est la proposition soutenue par Robin Reda, le maire LR de Juvisy-sur-Orge, candidate LR-UDI dans cette 7ème circonscription. Celui-ci défend l'idée d'une police municipale "mieux formée et mieux équipée", ainsi qu'un "renforcement des forces nationales dans le pays". Pour le candidat, il s'agit de ne pas faire "d'économies avec la sécurité des Français". Pour cette campagne des législatives, Les Républicains et l'UDI proposent notamment le recrutement de 10.000 policiers et gendarmes.

La République en marche propose le recrutement d'un nombre identique de forces de l'ordre, et la mise en place d'une "police de la sécurité quotidienne". Candidate de la majorité présidentielle, Muriel Kernreuter souligne l'une des mesures du mouvement d'Emmanuel Macron : l'interdiction de fréquenter un quartier pour un délinquant condamné, "sur le même principe que le contrôle judiciaire (...) pour un conjoint violent", explique-t-elle.

# Des policiers mieux protégés

Pour la candidate FN Audrey Guibert, il s'agit de "soutenir les forces de l'ordre", dont les conditions de travail se seraient "très largement dégradées" ces dernières années. La conseillère régionale veut mettre que soit mise en place une présomption de légitime défense, au profit des policiers. La candidate souhaite également augmenter de "près de 15 %" les effectifs des forces de l'ordre dans la circonscription.

# Plus de prévention

Pour la députée sortante et candidate EELV Eva Sas, il s'agit également de renforcer les effectifs de la police. "Il faut une police de proximité qui occupe le territoire", indique-t-elle. Mais la candidate insiste sur la prévention, aussi importante selon elle que "renforcer les effectifs de la police nationale", car "il y a 59 % de récidive en France", souligne-t-elle. 

La candidate de La France insoumise, Mounia Benaili, regrette la politique du "tout répressif". Selon elle, il faut remettre des moyens dans la prévention, en créant notamment des postes d'éducateurs. La candidate souligne le malaise dans la police : les policiers "n'ont pas les moyens de mener leur mission", estime-t-elle, tout en déplorant une "politique du chiffre" imposée aux fonctionnaires de police.

A lire aussi

Sur le même sujet

incendie Montfermeil

Les + Lus