Dans l'Essonne, l'inquiétude des syndicats de Carrefour

Les syndicats attendent avec appréhension le plan d'économie qui doit être annoncé par le groupe le 23 janvier. / © France 3 Paris Île-de-France
Les syndicats attendent avec appréhension le plan d'économie qui doit être annoncé par le groupe le 23 janvier. / © France 3 Paris Île-de-France

Les syndicats de salariés ont organisé samedi une action de sensibilisation devant le magasin Carrefour de Marolles-en-Hurepoix, dans l'Essonne. Ils craignent que les mesures d'économie qui doivent être annoncées par le groupe entament leurs conditions de travail. 

Par France 3 Paris Île-de-France / ML

Les mobilisations ont commencé depuis plusieurs semaines, mais c'est le week-end de Noël que les salariés de Carrefour à Marolles-en-Hurepoix, (Essonne), ont décidé de sensibiliser les clients au projet de restructuration du groupe. "On a choisi ce jour-là, le 23 décembre, pour dire qu'on n'a pas le coeur à faire la fête", assène Areski Abennebi, délégué syndical Carrefour Market.

Inquiétude dans les magasins Carrefour de la région
Avec Areski Abennebi, délégué syndical Carrefour Market, et Frédéric Roux, délégué syndical CGT Carrefour proximité / Reportage de Geneviève Faure, Morgane Prévost, Stéphane Fouquet et Sonia Barie - France 3 Paris Île-de-France

Le chiffre varie selon les syndicats, mais la crainte est la même pour tous : des fermetures d'enseignes, une dégradation des conditions de travail et le non-renouvellement des postes. Le 23 janvier, Alexandre Bompard, qui a accédé à la tête du groupe il y a maintenant six mois après avoir géré le groupe Fnac Darty, devrait annoncer de nouvelles mesures d'économies

Craintes pour le siège et le magasin


Dans la région, le magasin de Marolles-en-Hurepoix n'est pas le seul concerné. "[L'objectif d'Alexandre Bompard] est de passer le maximum de magasins en location-gérance, assure Frédéric Roux, délégué syndical CGT Carrefour proximité, comme ça il n'a plus à gérer les charges, les salaires, les avantages collectifs... Tout est à la charge du locataire-gérant. Ils ont juste à encaisser les loyers et les dividendes."


Les syndicats ont déjà défilé le 7 décembre devant le siège de Massy, qui pourrait également être touché par les mesures d'économie. La direction du groupe n'a pour l'instant pas souhaité commenter la situation. Les organisations syndicales envisagent quant à elles de nouvelles actions.


Sur le même sujet

La fan zone de Noisy le Grand

Les + Lus