Un homme mis en examen pour assassinat à Boussy-Saint-Antoine dans l'Essonne

Âgé de 34 ans, il est soupçonné d'avoir tué de deux coups de couteau un homme de 28 ans dimanche à Boussy-Saint-Antoine dans l'Essonne. Les circonstances de ce meurtre restent floues.

L'agresseur présumé, âgé de 34 ans, est soupçonné du meurtre d'un homme de 28 ans dans cette commune de l'Essonne.
L'agresseur présumé, âgé de 34 ans, est soupçonné du meurtre d'un homme de 28 ans dans cette commune de l'Essonne. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Un homme de 34 ans a été mis en examen mardi soir pour assassinat puis écroué dans la foulée. Il est soupçonné d'avoir tué de deux coups de couteau un homme de 28 ans dimanche à Boussy-Saint-Antoine (Essonne), a indiqué mercredi le parquet d'Evry.

Le meurtre a eu lieu en banlieue sud-est parisienne, dans la commune de 7 000 habitants de Boussy-Saint-Antoine, plus précisément sur l'esplanade de la Ferme, un point de vente de drogue "connu" depuis la fin du premier confinement selon le maire (PS) Romain Colas.

Pas de liens avec les rixes entre bandes

Si les premiers éléments de l'enquête laissaient à penser à un "règlement de compte sur fond de trafic de stupéfiants" d'après une source policière, la procureure Caroline Nisand a indiqué mercredi que le mobile et les circonstances de l'homicide restaient "floues".

La victime "était connue pour des affaires liées aux trafics de stupéfiants", mais le lien entre le mis en examen et un trafic de stupéfiants "n'est établi à cette heure", a souligné la procureure. Le trentenaire, interpellé en Seine-et-Marne puis placé en détention, est connu pour "violences volontaires".

Fin février, la petite ville de Boussy-Saint-Antoine avait tristement fait la Une de l'actualité, en étant le théâtre d'une rixe entre bandes d'adolescents au cours de laquelle un collégien de 14 ans avait été tué. Mais concernant l'homicide de dimanche, l'hypothèse de rivalités entre groupes de jeunes de différents quartiers a "été écartée", a précisé Caroline Nisand.

L'enquête a été confiée à la police judiciaire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers justice société