Coronavirus - Enterrement et confinement : les règles à suivre en cas de décès

Édouard Philippe, le Premier Ministre, a déclaré mardi soir dernier, qu'il était interdit de se rendre à un enterrement. Concrètement, que faire en cas de décès d'un proche?

Cimetière de Pantin en Seine-Saint-Denis
Cimetière de Pantin en Seine-Saint-Denis © MAXPPP/Alain Delpey
"Est-ce que je pourrai aller à l'enterrement de ma grand-mère vendredi"? C'est la question que se pose Mélanie. En plus d'être confinée chez elle en télétravail, cette commerciale craint de ne pas pouvoir être auprès des siens pour dire au revoir à sa "grand-ma", comme elle l'aimait à l'appeler. "C'est un crève-cœur, mais si je n'ai pas le choix, je vais devoir me faire à l'idée de lui rendre hommage autrement. On est très nombreux dans ma famille", a-t-elle confié, gorge nouée en retenant ses larmes. "Mes oncles et tantes vont devoir trancher".

Nouveau sacrifice demandé par le gouvernement 

Nous devons limiter au maximum nos déplacements. Même dans ces circonstances, nous ne devons pas déroger à la règle fixée.

Le Premier Ministre, Édouard Philippe a déclaré mardi 17 mars qu'il était interdit de se rendre aux obsèques. Depuis ce jour,
midi, les Français ne peuvent sortir de chez eux que pour des déplacements jugés essentiels et doivent justifier leur présence à l'extérieur par une attestation de déplacement dérogatoire. Et les enterrements n'échappent pas à la règle de confinement. 

Quelles sont les règles ?

- Mise en bière et fermeture du cercueil : ascendants, descendants et conjoints autorisés (à condition que leur nombre n'excède pas une dizaine de personnes) (source : AP-HP)
-Transport de la chambre mortuaire vers le lieu de culte, d'inhumation ou de crémation: plus personne ne monte dans le corbillard (source : pompes funèbres)
- Seuls les professionnels sont autorisés dans les crématoriums (source : OGF)
- Rassemblement de plus de 10 personnes interdits dans les cimetières (source : mairie)
 

Illustration dans les Hauts-de-Seine 

"Les familles vont malheureusement devoir s'adapter" lance Benjamin Duboz, conseiller funéraire à Rueil Malmaison.

Vendredi, par exemple, il y aura moins dix personnes à la levée d'un corps. La famille très proche. Le crématorium du Mont-Valérien à Nanterre refuse l'accès au public depuis lundi et interdit toute cérémonie.

Pour l'aspect religieux, concernant les églises des Hauts-de-Seine, l'évêché autorise des funérailles limitée à 20 personnes d'une durée de 20 minutes. Attention, toutes les mesures de précaution devront être respectées. Les participants doivent être installés un rang sur deux, séparés par deux chaises. Mesure sanitaire oblige : pas d'aspersion pendant la célébration et il sera également interdit de poser la main sur le cercueil. 

Accompagnement psychologique 

Lambert Ravasi, directeur général de la plateforme d’organisation d’obsèques en ligne Reposeo, souhaite rassurer les familles endeuillées. "Les proches ont la possibilité de différer l'hommage. Il sera en effet possible d'organiser des cérémonies accompagnées d'un moment de convivialité à la mémoire du défunt, prochainement, après la période de confinement actuel. Les obsèques en petit comité, peuvent souvent laisser une frustration, un goût d'inachevé à ne pas négliger. Il ne faut donc pas hésiter à se faire aider". 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société religion